Les élections françaises de 2020 auront été difficiles à organiser du fait de l’épidémie du Coronavirus et de l’état d’urgence sanitaire mise en place.

Un premier tour sous contrôle

Le premier tour des élections municipales s’est déroulé le 15 mars 2020, de façon très controversée. Alors que la France s’apprêtait à entrer dans une phase de confinement, le 17 mars 2020, les élections municipales ont eu lieu deux jours avant. Ce premier tour de scrutin a été organisé dans des conditions sanitaires spécifiques, pour éviter la propagation du covid-19. Des mesures barrières ont été mises en place, pour permettre à chacun de venir voter en limitant les risques de contamination.

Le taux de participation est en baisse par rapport aux élections de 2014, on dénombre 44,66% des français étant allé voté. Une baisse de prés de 20% par rapport aux dernières élections municipales. Cette baisse s’explique en partie par le fait que les électeurs n’ont pas voulu prendre le risque d’aller voter dans un contexte de pandémie mondiale.

Un second tour à la date fixée

La mise en place d’un second tour durant le confinement a créé beaucoup de débats, quelque soit le milieu politique. Dans cette situation inédite, et face aux risques sanitaires qu’un nouveau scrutin pouvait entraîner le second tour a été reporté. Pour les communes dont le premier tour n’a pas permis d’élire le nouveau maire, soit environ 5000 communes, le second tour a été fixé au 28 juin 2020. Tout comme pour le premier tour des conditions sanitaires strictes et spécifiques seront mises en place à la fois pour protéger les assesseurs mais également les votants. Par exemple le port du masque sera obligatoire.

Pour protéger au mieux les personnes à risque, pour éviter tout déplacement inutile aux personnes présentant des risques de contaminations ou de santé, le parti socialiste rappelle sur son site la possibilité de réaliser une procuration. “Parce que nous souhaitons défendre la santé de chacun mais aussi la démocratie, le Parti socialiste a mis en place un dispositif de procuration.”

Il s’agit d’une mise en relation entre militant, sympathisant et votant socialistes : “Nous avons des militants et militantes prêt.e.s à porter votre voix, vous pouvez la leur confier ou vous porter volontaire pour les aider”

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here