La technologie de limitation de vitesse devrait devenir obligatoire pour tous les véhicules vendus en Europe à partir de 2022, après l’adoption provisoire de nouvelles règles par l’UE. Le ministère des Transports a déclaré que le système s’appliquerait également au Royaume-Uni, malgré Brexit.

Qu’est-ce que la technologie de limitation de vitesse et comment fonctionne-t-elle ?

Dans le cadre du système ISA, les voitures reçoivent des informations par GPS et une carte numérique, indiquant au véhicule quelle est la vitesse limite. Ceci peut être combiné avec une caméra vidéo capable de reconnaître les panneaux de signalisation routière.
Le système peut être détourné temporairement. Si une voiture dépasse un camion sur une autoroute et entre dans une zone de limitation de vitesse inférieure, le conducteur peut appuyer fortement sur l’accélérateur pour terminer la manœuvre.

De plus, un interrupteur marche/arrêt complet du système est également envisagé, mais il s’éteindrait chaque fois que le véhicule redémarre.

Une avancée dans le domaine de la sécurité routière

Les militants se sont félicités de cette initiative, affirmant qu’elle permettrait de sauver des milliers de vies.Les mesures de sécurité approuvées par la Commission européenne comprenaient l’assistance intelligente à la vitesse (ISA), le freinage d’urgence avancé et la technologie de maintien de trajectoire.

L’UE estime que ce plan pourrait contribuer à éviter 140 000 blessés graves d’ici 2038 et vise à terme à réduire le nombre de tués sur les routes à zéro d’ici 2050.
La commissaire européenne Elzbieta Bienkowska a déclaré : “Chaque année, 25 000 personnes perdent la vie sur nos routes. La grande majorité de ces accidents sont causés par des erreurs humaines.” “Avec les nouvelles fonctions de sécurité avancées qui deviendront obligatoires, nous pouvons avoir le même genre d’impact que lors de l’introduction des ceintures de sécurité.”

Quand sera-t-il disponible ?

Il est déjà en service. Ford, Mercedes-Benz, Peugeot-Citroen, Renault et Volvo proposent déjà des modèles équipés de la technologie ISA.

Toutefois, on se demande si la technologie actuelle est suffisamment avancée pour que le système fonctionne efficacement. En particulier, de nombreuses voitures sont déjà équipées d’une caméra orientée vers l’avant, mais on peut se demander si la technologie de reconnaissance des signes est à la hauteur.

Parmi les autres dispositifs de sécurité homologués pour les voitures, camionnettes, camions et autobus européens, on peut citer la technologie qui avertit le conducteur de la somnolence et des distractions, par exemple lorsqu’il utilise un téléphone intelligent au volant, et un enregistreur de données en cas d’accident.

Qu’est-ce que tout cela signifie en pratique ?

L’idée que les voitures seront équipées de limiteurs de vitesse – ou plus exactement d’une “assistance intelligente à la vitesse” – risque de déranger beaucoup de conducteurs dont la limitation de vitesse n’est pas une préoccupation.

Toutefois, le nouveau système tel qu’il est actuellement envisagé n’obligera pas les conducteurs à ralentir. Il est là pour les encourager à le faire et pour leur faire prendre conscience de la limite, mais on peut l’outrepasser. Tout comme le régulateur de vitesse de nombreuses voitures actuelles qui maintiend une vitesse définie et qu’il est possible de dépasser en appuyant sur l’accélérateur.

En vertu des nouvelles règles, les voitures seront également équipées d’enregistreurs de données obligatoires, ou “boîtes noires”. Donc, lors d’un accident, la police et la compagnie d’assurance sauront si le conducteur a roulé trop vite. La conduite générale du conduteur sera enregistrée, permettant de voir s’il suit ou non, de façon général, les limitations de vitesse. On peut parler d’un “espion à bord”, dont le but est de d’avoir un impact plus important sur le comportement du conducteur que tout autre type de limiteur de vitesse. En effet, face à des contrôles ponctuels via radar ou policier, il est facile pour les automobilistes d’outrepasser les limitations. Dans le cas de ces nouvelles technologies, le contrôle est permanent. Il est important de noter que l’automobiliste est toujours libre de faire le choix de rouler plus vite, mais il sait qu’en cas de problème il sera jugé sur des preuves tangibles de non respect des lois. Bien que cette technologie puisse aider à la conduite, le choix de l’individu restera toujours un élément important dans le comportement de conduite.

2 COMMENTS

  1. Je n’arrive pas à trouver de texte de l’UE qui décrit ces nouvelles obligations pour 2022 : est-ce que vous pourriez préciser qui envisage ça au sein de l’UE, et comment ou quand cela ne sera plus hypothétique ?

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here