L’essayiste d’extrême droite Alain Soral de son vrai nom Alain Bonnet a été condamné à un an de prison pour contestation de l’existence de la Shoah ou négationnisme. L’accusé n’était pas présent à la lecture du jugement, un mandat d’arrêt est donc lancé pour arrêter l’essayiste qui devra aller en prison.

C’est une victoire pour les associations luttant pour la reconnaissance de la Shoah et en particulier l’Union des étudiants juifs de France qui se portait civile lors du procès. Plus qu’une victoire ponctuelle, il s’agit d’une victoire contre les individus au cœur de provocation à la haine raciale.

Le tribunal est allé plus loin que les requêtes du parquet, qui demandait 15 000 euros d’amende contre son avocat et six mois de prison ferme pour l’essayiste. Il n’est pas à sa première condamnation, étant passé de nombreuses fois devant le tribunal et condamnée à payer des amandes et des peines de prison avec sursis. En janvier 2019, l’essayiste avait été condamné à un an de prison, mais sans mandat d’arrêt. Dans la lutte contre la provocation dont fait part cet homme, la condamnation avec mandat d’arrêt est une vraie victoire. « Cette condamnation met fin au sentiment d’impunité dont bénéficie Alain Soral », qui malgré de nombreuses condamnations n’est jamais allé en prison.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here