Le peuple soudanais est en passe de voir changer son pays suite à de nombreuses manifestations. Cependant la lueur d’espoir de ce peuple semble diminuer face à la mise en place d’une transition militaire aux allures non démocratiques.12

Une dictature depuis 30 ans

Le dictateur Ome al-Bachir était au pouvoir du Soudans depuis maintenant 30 ans. Le 11 avril dernier il est destitué de son poste suite à un coup d’Etat de l’armée. Cette destitution fait suite à un  soulèvement du peuple soudanais depuis de nombreux mois. En effet, depuis bientôt quatre mois des manifestations quotidiennes et pacifiques ont lieu dans le pays pour demander le retrait du dictateur en place depuis 1989. Plus précisément ces manifestations ont commencé le 19 décembre 2018 suite à l’annonce de la décision du gouvernement de tripler le prix du pain.

Une première victoire?

La chute d’Omar Al-Bachir est une première victoire pour le peuple. Cependant le peuple a continué de manifester pour montrer son mécontentement face à la mise en place d’instances militaires pour gérer la transition. Ce coup d’état de l’armée n’est pas en accord avec les revendications du peuple qui demandent une instance civile pour décider de l’avenir de son pays.

Le renouveau de ce peuple ne semble pas proche avec une nouvelle mise en place d’un état autoritaire, non représenté par un seul homme mais par les forces armées. Une victoire en demi teinte pour le peuple, qui après 30 ans de dictature semble être à nouveau embourbé dans le développement d’une autorité non démocratique.

De nombreuses organisations, ainsi que le parti socialiste demandent à l’ONU d’agir “fermement pour que le pouvoir militaire restreigne son usage de la violence contre les protestataires.”. D’autres revendications sont émises pour que le peuple puisse décider de son avenir avec la mise en place d’une transition civile et un jugement de l’ancien dictateur devant la Cour pénale internationale.s

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here