Charles Aznavour, légende vivante, s’est entretenu avec l’envoyé spécial de l’ONU sur engagement pour la diplomatie et sur le rôle et les relations de l’Arménie avec les Nations Unies et la Suisse.

“Je suis né à Paris, mais mes deux parents étaient des survivants du génocide. Mon père, Misha, était un Arménien de Géorgie ; ma mère, Knar, d’une famille de commerçants arméniens de Turquie. La France est rapidement devenue mon pays. Chez nous, nous parlions à la fois l’arménien et le français, et nous nous sentions à la fois 100% français et 100% arménien “, a dit Aznavour.

“Beaucoup d’Arméniens en France pensent que j’ai joué un certain rôle dans l’inclusion du terme “Arménien” dans le récit national français, puis, après la chanson “Ils sont tombés”, que j’ai écrite en 1975, ils m’ont considéré comme quelqu’un qui, finalement, les a représentés,” a-t-il ajouté.

Charles Aznavour, qui est Ambassadeur d’Arménie auprès des Nations Unies à Genève et en Suisse, a toutefois ajouté que son engagement en Arménie est relativement récent.

“Avant son indépendance, je n’y suis allé qu’une fois, en 1964, juste pour un concert. C’est le tremblement de terre dévastateur de 1988 qui a alerté ma conscience. En vingt-quatre heures, j’ai décidé de lancer une association : “Aznavour pour l’Arménie”, qui pour de nombreux Arméniens d’Arménie en ces temps difficiles, a incarné l’espoir pour l’avenir, a-t-il dit.

“La République d’Arménie nouvellement indépendante m’a confié une fonction qui renforcerait et formaliserait mon engagement. J’ai d’abord été nommé ambassadeur d’Arménie auprès de l’UNESCO, puis, en 2009, le Président Sargsyan, qui m’a accordé la nationalité arménienne, m’a proposé de représenter l’Arménie en Suisse et aux Nations Unies à Genève. Au début, j’ai hésité, pensant que ce ne serait pas facile. Ensuite, j’ai pensé que ce qui est important pour l’Arménie doit l’être pour nous tous”, a déclaré Charles Aznavour.

“Pour les Arméniens, dont l’histoire remonte à des millénaires, le dernier quart du siècle a été particulièrement critique. L’année dernière, l’Arménie a célébré le 25e anniversaire de son adhésion aux Nations Unies. Ces dernières années, malgré un certain nombre de défis, l’Arménie est devenue un membre à part entière de la communauté internationale. En devenant membre des Nations Unies, l’Arménie s’est engagée à apporter sa propre contribution aux efforts de la communauté internationale visant à construire un avenir pacifique fondé sur des valeurs universelles, y compris le respect des principes d’égalité des droits et de l’autodétermination des peuples “, a déclaré M. Aznavour.

Il attache de l’importance à la participation de l’Arménie à un certain nombre de missions de maintien de la paix des Nations Unies : de l’Afghanistan à l’Iraq, du Kosovo au Liban et au Mali, par lesquelles l’Arménie contribue à l’instauration de la paix et de la sécurité internationales.

“L’Arménie est déterminée à contribuer aux efforts conjoints de la communauté internationale visant à combattre le terrorisme et à répondre à la crise des réfugiés. L’Arménie est le troisième pays d’Europe en termes d’accueil du plus grand nombre de réfugiés par habitant. Vingt-deux mille réfugiés syriens ont trouvé refuge en Arménie.”

“Depuis qu’elle est devenue membre de l’Organisation des Nations Unies, l’Arménie participe activement aux activités de l’Organisation et de ses organes dans divers domaines. Il s’agit en particulier de notre engagement à l’égard du programme de prévention des Nations Unies. A cet égard, les efforts déployés par l’Arménie pour prévenir et réprimer le crime de génocide sont essentiels. En tant que nation qui a survécu à l’horreur d’un génocide, nous nous sentons moralement responsables d’exprimer l’importance de la prévention du génocide et des crimes contre l’humanité et de prendre des mesures dans ce domaine “, a déclaré M. Aznavour.

“Une journée internationale de commémoration et de dignité pour les victimes du crime de génocide et de prévention de ce crime a été officiellement et unanimement instituée par l’Assemblée générale des Nations Unies. A l’origine de cette initiative se trouve le Conseil des droits de l’homme à Genève, à travers une résolution présentée par l’Arménie. En tant que descendant de survivants du génocide et, en outre, en tant que personnalité publique, j’ai une responsabilité particulière. Je porte le poids de leur souffrance infinie. Il est de notre devoir de défendre leur respect et leur dignité et de veiller à ce que l’oubli et le déni ne les tuent pas une seconde fois. Ceux qui ont été annihilés en 1915, 1941 et 1994, ce sont les Arméniens, les Juifs, les Tutsis… non pas pour ce qu’ils ont fait, mais pour qui ils sont. C’était moi, mais c’était toi aussi. Parce qu’à Der Zor, Auschwitz et Kigali, leur cible était l’humanité. La barbarie qui n’a pas été éradiquée refait surface sous un autre masque. On peut l’observer dans le sort des minorités au Moyen-Orient de nos jours. L’impunité de certain a établi un mauvais schéma”, a déclaré Charles Aznavour. Bien que les relations diplomatiques entre la Suisse et l’Arménie n’aient été établies qu’il y a un quart de siècle, l’amitié entre les deux peuples n’est pas nouvelle, a-t-il dit.

“Le dialogue politique entre les deux pays s’est intensifié après l’ouverture de missions diplomatiques en Suisse et en Arménie, avec de nombreuses visites réciproques de haut niveau, ainsi que grâce à l’étroite collaboration dans le cadre d’organisations internationales telles que les Nations Unies, le Conseil de l’Europe, l’Organisation pour la sécurité et la coopération en Europe (OSCE) et l’Organisation internationale de la Francophonie ” a ajouté Aznavour.

“Je suis également très heureux que la Suisse ait accueilli récemment deux sommets des présidents arménien et azerbaïdjanais dans le cadre du processus de paix du Haut-Karabakh. Je pense que le règlement de cette question contribuera grandement à la sécurité et à la stabilité générales dans la région. Depuis les années 1990, les pourparlers de paix entre l’Arménie et l’Azerbaïdjan sont menés par les coprésidents du Groupe de Minsk de l’OSCE (France, Russie, États-Unis), le seul organe mandaté par la communauté internationale pour assurer la médiation dans le règlement de ce conflit. La médiation s’articule autour d’un ensemble de propositions fondées sur des principes de droit international tels que le non-recours à la force, l’autodétermination et l’intégrité territoriale”, a déclaré l’Ambassadeur d’Arménie en Suisse.

“Les accords de cessez-le-feu trilatéraux (Haut-Karabakh, Azerbaïdjan, Arménie) signés en 1994 et consolidés en 1995 doivent être pleinement respectés. cet égard, il importe de mettre en place le mécanisme d’enquête sur la ligne de contact du Haut-Karabakh avec l’Azerbaïdjan, qui a été demandé à plusieurs reprises par les pays coprésidents. J’espère que le pays voisin sera d’accord et n’entravera pas ce mécanisme. Cela sauvera la vie de garçons et de civils de 18 ans. Les coprésidents ont également appelé les autorités à préparer leur peuple à la paix et non à la guerre. J’espère que leurs voix seront entendues. Trente ans après Soumgaït, la communauté internationale, y compris les Nations Unies, doit être plus vigilante et attentive dans la recherche d’une solution pacifique, à laquelle il n’y a pas d’alternative, dans l’intérêt des populations de la région “, a ajouté Charles Aznavour.

M. Aznavour a salué la décision des chefs d’État de la Francophonie de tenir son sommet à Erevan.

“Oui, j’ai été heureux d’apprendre que cette année, en octobre, les chefs d’État de la Francophonie ont décidé de tenir leur sommet à Erevan. Il s’agira de l’événement le plus important de l’histoire non seulement de l’Arménie indépendante, mais aussi de l’Organisation dans la région. En tant que membre de la Francophonie, l’Arménie partage ses valeurs de paix, de solidarité, de dialogue, d’égalité des peuples, de droits de l’homme et de diversité culturelle, et en fera une priorité pendant sa présidence. Le slogan du sommet – “Vivre ensemble” – reflète ces valeurs humanitaires qui, j’en suis sûr, peuvent renforcer la cohésion de nos sociétés et apporter paix et prospérité à l’espace francophone”, a conclu Charles Aznavour.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here