Quand un rappeur “dérape” dans une de ses chansons, la classe politique s’élève pour dénoncer les propos tenus… mais quand Michel Sardou, star de la chanson française, se permet de donner une vision inégalitaire et sexiste des femmes, tout le monde se tait.

Le Mouvement des Jeunes Socialistes est abasourdi par cette vision développée par le chanteur dans sa nouvelle chanson “Être une femme, 2010″. Non content, dans son clip affligeant, de multiplier les images de femmes lascives uniquement occupées de soigner leur maquillage, les paroles de la chanson sont totalement opposées à la vision de l’égalité hommes femmes que nous défendons et font preuve d’un machisme très militant.

Ainsi, quand Michel Sardou indique “Finies les revendications, C’qu’elles ont voulu maintenant elles l’ont”, il oublie que l’égalité professionnelle n’est pas acquise quand une femme, à compétences égales, gagne toujours un quart de moins qu’un homme et se voit reléguée dans des emplois à temps partiels précaires.

Alors que Sardou indique que “Quant à l’amour elles n’y pensent plus”, les jeunes socialistes défendent le droit de pouvoir concilier vie professionnelle, privée et familiale tant pour les hommes que pour les femmes. Ce n’est pas le cas en l’absence du service public de la petite enfance et du congé parental égalitaire que nous réclamons. Le MJS comprend à travers cette chanson que les opinions réactionnaires n’attendent qu’une occasion pour s’exprimer et que le combat féministe est toujours d’actualité.

Pour les jeunes socialistes, l’égalité hommes-femmes ne peut se faire par coups de com’ et demande des changements majeurs dans la société tels que des dispositifs contraignants pour égaliser les salaires dans les entreprises, et une formation des personnels d’éducation pour lutter contre la construction des inégalités liées à l’orientation.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here