Bien qu’il ne s’agisse pas d’un pari sûr, il est numériquement possible qu’après les élections de 2018, il y ait plus de sénatrices que jamais auparavant dans les couloirs du Congrès.

Les victoires de la représentante républicaine Martha McSally et de la représentante démocrate Kyrsten Sinema dans les primaires de l’Arizona, mardi, garantissent qu’une femme succédera au sénateur Jeff Flake qui prend sa retraite. Le siège de Flake est l’un des deux sièges du Sénat où une femme remplace un sénateur masculin dans un État qui n’a jamais élu une sénatrice. Le siège autrefois occupé par le sénateur démocrate Al Franken au Minnesota est l’autre. Franken a démissionné en janvier 2018, après que plusieurs femmes l’aient accusé de contacts inappropriés. Le sénateur sortant démocrate Tina Smith, qui a été nommé pour combler le siège vacant de Franken pendant un an, est en compétition avec la républicaine Karin Housley lors de l’élection spéciale de novembre pour combler son siège.

La première “Année de la femme”, lorsqu’un nombre record de femmes se sont présentées au Congrès, a eu lieu en 1992 : 11 femmes ont été nominées au Sénat et 106 femmes se sont présentées à la Chambre des représentants. Et 2012 a été une autre année importante pour les femmes – 298 se sont présentées à la Chambre et 36 au Sénat. Le nombre de candidates cette année a dépassé celui de chacune de ces années, avec 53 femmes candidates au Sénat et 476 candidates à la Chambre.

Il y a actuellement 23 sénatrices au Congrès – 17 démocrates et 6 républicains. La sénatrice Dianne Feinstein (D-Californie), la sénatrice Maria Cantwell (D-Washington), la sénatrice Heidi Heitkamp (D-North Dakota), la sénatrice Amy Klobuchar (D-Minnesota), la sénatrice Deb Fischer (R-Nebraska), la sénatrice Tina Smith (D-Minnesota), la sénatrice Tammy Baldwin (D-Wisconsin), le sénateur. Claire McCaskill (D-Missouri), Debbie Stabenow (D-Michigan), Mazie Hirono (D-Hawaii), Cindy Hyde-Smith (R-Mississippi), Kirsten Gillibrand (D-New York) et Elizabeth Warren (D-Massachusetts) sont toutes en lice pour une réélection en 2018.

McSally était le candidat préféré de l’establishment républicain à Washington. Elle a été endossée par le président Trump Tuesday soir.

Pendant ce temps, plusieurs femmes défient les sénateurs en exercice : Kerri Harris au Delaware, Karin Housley contre Smith au Minnesota, Jane Raybould au Nebraska, Jacky Rosen au Nevada, Chele Chiavacci Farley à New York, Susan Hutchinson à Washington et Leah Vukmir au Wisconsin.

Bob Corker et l’ancien sénateur du Mississippi, Thad Cochran pourrait aussi être remplacé par des femmes. Dans le Tennessee, le républicain Marsha Blackburn se présente contre l’ancien gouverneur Phil Bredesen, un démocrate, pour occuper le siège de Corker après son départ à la retraite.

Lorsque Thad Cochran a démissionné en avril 2018 en raison de problèmes de santé, le gouvernement républicain du Mississippi, Phil Bryant a choisi Cindy Hyde-Smith pour combler le siège vacant de Cochran jusqu’à l’élection spéciale pour le remplacer en novembre. Elle a été endossée par M. Trump, mais fait face à un défi principal à droite du conservateur Chris McDaniel ainsi qu’à un défi démocrate de Mike Espy. Il n’y a pas de primaires de parti dans l’élection spéciale, de sorte que les trois seront sur le même bulletin de vote. Si aucun candidat ne reçoit plus de 50 % des voix, les deux premiers se rendront à un deuxième tour de scrutin qui aura lieu le 27 novembre.

Le sénateur républicain sortant Dean Heller, du Nevada, est contesté par une femme démocrate, Jacky Rosen. La démocrate Jenny Wilson se présente pour le siège ouvert dans l’Utah.

Les femmes au pouvoir défendront également des sièges. La démocrate Claire McCaskill du Missouri défend son siège contre le républicain Josh Hawley, et une autre démocrate, Heidi Heitkamp du Dakota du Nord, est confrontée à un défi GOP de Kevin Cramer.

En essayant de repousser son adversaire républicain, Heitkamp a publié des annonces qui se lient à M. Trump, qui est très populaire dans le Dakota du Nord. À un moment donné, au début de son administration, M. Trump envisageait de nommer M. Heitkamp à un poste au Cabinet. Elle a voté pour confirmer le juge de la Cour suprême Neil Gorsuch l’année dernière, et les républicains la pressent de voter pour confirmer le deuxième candidat de M. Trump à la Cour suprême, Brett Kavanaugh. McCaskill doit faire face au procureur général du Missouri, Josh Hawley, lors des élections générales, mais les scandales récents au sein du parti républicain de l’État pourraient jouer en sa faveur.

Heitkamp et McCaskill ne sont pas les seules femmes qui sont confrontées aux défis des candidats masculins. Stabenow et Klobuchar ont aussi des adversaires qui sont des hommes.

Feinstein, elle aussi, est confrontée au défi d’un démocrate insurgé qu’elle a vaincu dans la jungle primaire non partisane, mais elle pourrait bien réussir son retour en novembre. Certains dans l’État croient que le sénateur de 86 ans, qui a été élu pour la première fois au Sénat en 1992, “l’année de la femme”, devrait se retirer en faveur du candidat le plus jeune, le sénateur Kevin De Leon.

Au Minnesota, au Nebraska, à New York, en Arizona, au Wisconsin et à Washington, quel que soit le candidat qui gagne, une femme sera élue au Sénat.

Si chaque femme qui se présente au Sénat gagne en novembre, il y aura 26 femmes au Sénat l’année prochaine, ce qui signifie que les femmes représenteront un peu plus d’un quart du corps.

Si ces cinq femmes perdent leur siège et que chacune des femmes candidates à un siège ouvert ou contestant un sénateur masculin n’a pas réussi à gagner, il n’y aura que 16 femmes au Congrès à partir de 2019.

Mais que la “vague rose” se traduise ou non par une augmentation marquée de la représentation des femmes au Congrès après les élections de 2018, il semble probable que la vague continue de se renforcer.

1 COMMENT

  1. C’est vraiment une bonne nouvelle pour la voie des femmes face à ce macho sexiste de Donald Trump !
    Vive l’équilibre et la parole des femmes

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here