Depuis plusieurs années, des maires de communes françaises interdisent la pulvérisation de pesticides agricoles sur leurs communes. Un premier arrêté date de 2012 dans l’Aisne à Château-Thierry. D’autres suivront, en particulier celui de Langouët en mai dernier qui permettra une médiatisation de cette lutte contre les pesticides.

L’épandage interdit

En mai 2019, le maire de Langouët avait publié un arrêté anti-pesticide sur sa commune interdisant l’épandage à moins de 150 mètres des habitations. Cet arrêté divise la population, avec d’un côté les agriculteurs affectés directement par l’interdiction et de l’autre côté des habitants heureux de ne plus sentir l’odeur nauséabonde de l’épandage. Cependant, cet arrêté avait été supprimé par le tribunal administratif de Rennes le lundi 14 octobre 2019. Le maire de Langouët a alors expliqué qu’il comprenait que ce genre de réforme devait venir du ministère de l’Agriculture, mais il l’accuse de ne rien faire. Il s’agit alors pour lui de faire ce que le gouvernement ne fait pas pour protéger la population.

Une première victoire juridique

Suite à cet arrêté anti-pesticide, de nombreuses communes ont emboîté le pas à la mairie de Langouët en publiant un arrêté similaire. Des arrêtés pour la plupart annulés par le tribunal. Cependant le 8 novembre dernier, le tribunal administratif de Cergy-Pontoise a rejeté la demande de la préfecture des Hauts-de-Seine qui était de supprimer deux arrêtés anti-pesticides. Ils concernent les villes de Gennevilliers et de Sceaux. Les maires de ces deux communes ont mis en avant le danger pour la santé des habitants. Il s’agit d’une première victoire, le tribunal devra maintenant étudier en détail l’arrêté et les arguments des maires pour rendre une décision finale. Dans l’attente du verdict, l’arrêté anti-pesticide est toujours valable dans les deux communes. Espérons qu’il ne s’agisse pas d’un répit, mais d’une première étape vers la fin des pesticides pour le bien de la population, de la faune et de la flore.9

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here