Ce qui était impossible pendant six mois a été déverrouillé en moins de 48 heures hier mardi 12 novembre 2019. Pedro Sánchez et Pablo Iglesias sont parvenu à un accord pour former un “gouvernement de coalition progressiste”. Iglesias sera ainsi vice-président du gouvernement -ce qui semblait impossible au printemps-, et c’est un accord “sans veto”, bien que tous les détails de la structure n’aient pas encore été négociés. La répétition des élections a forcé Sanchez à accepter les locaux d’Iglesias, qui avait déjà averti que son retrait de juillet ne valait pas la peine s’il y avait de nouvelles élections.

Un pacte à mieux définir et à faire approuver

Sánchez, qui était convaincu qu’il améliorerait sa position avec de nouvelles élections, s’est au contraire retrouvé affaiblie et a dû céder. Le pacte n’a pas encore été conclu, car il faut maintenant convaincre les autres partenaires. Pour que l’investiture ait lieu, le oui de Más País, PNV, PRC, BNG y Teruel Existe doit être obtenu.

Sánchez et Iglesias ont signé un document avec les bases du pré-accord : c’est un texte avec des idées très générales sur “la protection des droits sociaux”, et qui ne comprend pas la répartition des vice-présidences et des ministères. Le document n’inclut pas non plus noir sur blanc la possibilité d’inverser les aspects les plus néfastes de la réforme du travail – que les deux formations avaient dans leur programme – ni les augmentations d’impôts convenues par les deux parties il y a quelques mois, malgré le fait que les deux idées sont exposées dans le texte, qui vise explicitement à “garantir la coexistence en Catalogne”, avec l’objectif de “promouvoir le dialogue” et “renforcer l’Etat des autonomes”.

En signant ce document, Sánchez a assuré que l’objectif est de “débloquer la situation politique, qui est bloquée en Espagne depuis plusieurs mois”. M. Iglesias a décrit le ” gouvernement de coalition progressiste ” comme ” le meilleur vaccin contre l’extrême-droite ” et a déclaré que les deux partis chercheront à conclure des ” alliances avec d’autres partis ” pour obtenir la majorité. Après la poignée de main avec Iglesias, Sanchez a déclaré que le pacte permettra ” non seulement l’investiture mais aussi un gouvernement pour la législature.” Le président en exercice entamera immédiatement une série de contacts.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here