La France, le Portugal et l’Espagne ont conclu un accord mardi pour accueillir les migrants du navire de sauvetage méditerranéen Aquarius naviguant au large de Malte, a déclaré le ministère portugais de l’Intérieur, après que le gouvernement italien a refusé de laisser le navire accoster.

Le Portugal a déclaré qu’il avait accepté d’accueillir 10 des 58 migrants à bord dans le cadre d’une ” réponse solidaire au flux de migrants cherchant à atteindre l’Europe par la Méditerranée “.

Malte a indiqué que les migrants seraient transférés sur un patrouilleur dans les eaux internationales et emmenés sur l’île, qui les enverrait ensuite dans quatre autres États de l’Union européenne.

Il n’était pas immédiatement clair combien de migrants la France et l’Espagne avaient accepté d’accueillir et qui était le quatrième pays de l’UE.

“Malte et la France se mobilisent à nouveau pour sortir de l’impasse dans laquelle se trouvent les migrants “, a déclaré sur Twitter le Premier ministre maltais Joseph Muscat, ajoutant que lui, le Président français Emmanuel Macron et d’autres dirigeants souhaitaient montrer qu’une approche multilatérale était possible.

Dimanche, le ministre italien de l’Intérieur, Matteo Salvini, du parti d’extrême droite de la Ligue, a déclaré que l’Aquarius avait entravé le travail de la garde côtière libyenne et que les ports italiens resteraient fermés.

Cet italien s’imagine probablement qu’ils viennent de leur plein gré faire du tourisme sur la côté italienne. Lorsque l’on quitte la Libye, on remplit sa valise puis on prend le ferry pour visiter l’Europe en ayant pris soin d’utiliser le tour operator autorisé par le gouvernement italien qui aura eu la possibilité de ficher et vérifier chaque profil.

La réaction de l’opinion publique face à l’arrivée de centaines de milliers de migrants au cours des cinq dernières années a favorisé l’émergence de partis d’extrême droite dans de nombreux pays d’Europe et a contribué à l’arrivée au pouvoir cette année de la coalition au pouvoir contre l’establishment italien.

Plus tôt mardi, la France a déclaré qu’elle n’était pas prête à laisser le quai Aquarius à Marseille, comme l’avaient demandé les organisations caritatives exploitant le navire, ajoutant qu’une solution européenne impliquant le port le plus proche, Malte, était en cours de préparation.

“Pour l’instant, c’est ” non “, a déclaré le ministre des Finances Bruno Le Maire lorsqu’on lui a demandé sur BFM TV si Paris était prête à répondre positivement à une demande d’autorisation d’amarrage dans le port du sud de la France.

Le Maire a déclaré que les navires étaient censés accoster au port le plus proche selon les règles européennes et que Marseille n’était pas le plus proche.

Une source du bureau du président français a dit : “Nous travaillons sur une solution européenne, comme nous l’avons déjà fait.”

En août, la France et Malte ont conclu un accord pour laisser le quai Aquarius s’amarrer dans le port de La Valette après que la France, l’Allemagne, le Luxembourg, le Portugal et l’Espagne ont accepté d’accueillir les migrants, mettant fin à une lutte acharnée de cinq jours entre pays de l’UE.

Aquarius 2 est le dernier navire de sauvetage caritatif encore en activité dans le centre de la Méditerranée, transportant des migrants qui, dans la plupart des cas, tentent de se rendre en Europe depuis la Libye, souvent dans des bateaux surpeuplés et peu navigables.

Lundi, les autorités panaméennes ont révoqué l’enregistrement d’Aquarius, ce qui signifie qu’une fois à quai, l’Aquarius sera ” déplacé ” et n’aura plus le droit de naviguer à moins qu’un nouvel enregistrement ne soit trouvé.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here