CHARTE DU CONSEIL NATIONAL

Le Conseil national est le Parlement des Jeunes Socialistes. Il représente toutes les
sensibilités, tous les territoires, mais aussi la diversité de nos parcours et de nos modes
de militantisme.
Par cette charte, les Jeunes Socialistes s’engagent, dans l’organisation et la vie de
toutes nos instances nationales, dans leur composition et leur déroulement, à associer
davantage toutes les sensibilités et à renforcer la transparence et le pluralisme de notre
organisation.
Les réunions du Conseil National doivent permettre à chaque responsable d’échanger,
de se former, de débattre, de décider.
C’est pourquoi nous nous engageons à faire de cette instance un moment de
transparence, de délibérations et de décisions collectives plus fort à travers :

• la présentation par le Président d’un bilan d’activité national, immédiatement suivi du
débat des contributions ;
• le vote d’un calendrier des campagnes lors du premier Conseil national de l’année ;
• la réunion des pôles nationaux de travail et notamment d’un pôle «Campagnes» pour
définir ensemble les chantiers menés et associer un maximum de camarades aux
travaux en cours ;
• le débat et le vote de résolutions thématiques proposées par une ou plusieurs
fédération(s) ou par les pôles sur des sujets libres en lien avec l’actualité ou non ;
• la commission financière réunie lors de chaque Conseil national ;
• le vote en conseil national de juin du programme prévisionnel de l’université d’été
des jeunes socialistes à la Rochelle.
Nous voulons que le Conseil national permette à chacun-e de rentrer dans sa
fédération la tête pleine d’idées, d’inspirations, d’outils. C’est pourquoi nous
proposons de :
• systématiser les temps de formation, pratique et/ou idéologique le dimanche aprèsmidi
;
• organiser plus régulièrement des rencontres ouvertes sur la société en mouvement
(associations, syndicats, jeune gauche, collectifs, universitaires…) ;
• sanctuariser des temps de partage entre responsables pour échanger autour
d’initiatives, de campagnes locales ;
• voter le budget participatif pour permettre de faire émerger davantage de projets
locaux.

Nous proposons d’ouvrir davantage le Conseil national, à travers :

• la mise en place d’une convention nationale décentralisée qui rassemble les
camarades qui le souhaitent dans un évènement ouvert et participatif ;
• la création d’un statut d’auditeur, permettant à chaque fédération d’être représentée
par un 2e responsable si elle souhaite
• la publication du calendrier des campagnes et des relevés de décisions et compterendus
du Conseil national par courriel et sur le site internet du mouvement,
intégrant des espaces d’expression libre pour les sensibilités.

Parce que les temps collectifs sont également le lieu de reproduction des
dominations existantes dans la société, nous mettrons en place des outils pour
garantir à chacun-e la parole et la sécurité et nous nous engageons à :

• la parité dans les interventions, tant dans le nombre que sur le temps alloué ;
• la vigilance constante et la fermeté vis-à-vis des comportements sexistes,
discriminatoires.
Cohérents, nous engagerons également des efforts pour que nos événements
soient écoresponsables :
• recours à des producteurs locaux dans la mesure du possible ;
• limitation du suremballage, du gaspillage et des déchets produits.