Le bilan 2018 en actualité politique, économique et sociale est plus qu’incroyable, le moins que l’on puisse dire c’est que ce fut une année riche en rebondissement et ce sur tous les plans. Voici une rétrospective de l’année 2018, l’année du changement, de la polémique mais aussi du renouveau pour certains.

Premier semestre

Le premier janvier, on se souvient tous de l’entrée en vigueur de la réforme stationnement payant, une réforme qui a changé du tout au tout le concept des amendes.

Janvier a aussi été un mois de changement pour les étudiants puisque Admission Post Bac est tout simplement devenu Parcoursup.

 

Le 7 février, Emmanuel Macron s’étant rendu à Bastia, se prononce en faveur d’une mention de la Corse dans la Constitution.

Le 9 février, Edouard Philippe annonce toutes les réformes à prendre au niveau de l’enseignement en France.

Le 14 février, une réforme en plus pour les jeunes étudiants puisque le bac change du tout au tout avec la suppression des séries au lycée.

 

Le 21 mars, mise en examen de l’ancien président Nicolas Sarkozy au sujet des origines des financements douteux de sa campagne de 2007.

Le 22 était le début des multiples manifestations des cheminots qui ont entraîné par la suite des grèves.

 

Le 8 avril, investiture du nouveau premier secrétaire du Parti socialiste lors du congrès d’Aubervilliers.

Le 16, ouverture des portes du nouveau Palais de justice de Paris dans le quartier des Batignolles.

 

Le 15 mai, condamnation en appel de Jérôme Cahuzac à quatre ans d’emprisonnement pour fraude fiscale et blanchiment.

 

Le 13 juin, Emmanuel Macron annonce expose son projet de protection sociale au congrès de la Mutualité française.

Le 27, annonce de Macron du lancement de son projet de service national pour tous les jeunes prévu pour 2019.

 

Deuxième semestre

Le premier juillet, la limite de vitesse maximale descend à 80km/h.

Le 4 juillet, présentation du plan Biodiversité par le gouvernement.

Le 19 juillet, enquête préliminaire lancée sur Alexandre Benalla après qu’il ait frappé un manifestant. Un évènement qui a provoqué une consternation sans pareille auprès des français.

Le 30 juillet, l’utilisation du téléphone portable dans les enseignements scolaires est restreinte par le texte adopté par l’Assemblée.

Le 31 juillet, lancement de deux motions de censure à l’encontre du gouvernement, un évènement précédé par la polémique Benalla. Motions de censure rejetées par l’Assemblée Nationale.

 

Le 28 août, le ministre de la Transition écologique Nicolas Hulot quitte le gouvernement d’Emmanuel Macron.

 

C’est donc le 4 septembre que François de Rugy est nommé ministre de la Transition écologique et solidaire suivant donc Nicolas Hulot. Mais c’est aussi un date qui rappelle que Roxana Maracineanu prend le poste de ministre des sports précédée par Laura Flessel.

Le 12 septembre, Richard Ferrand accède au poste de président de l’Assemblée Nationale.  

Le 13 septembre, annonce de la stratégie pauvreté par Emmanuel Macron.

Le 17 septembre, démission de Bruno Jaillard auprès de la mairie de la ville de Paris.

Le 18 septembre, présentation de la réforme du système de santé par Emmanuel Macron.

 

Le 2 octobre, Gérard Collomb tient à ce qu’Emmanuel Macron valide sa démission.

Le 9 octobre, adoption du projet de loi Pacte par l’Assemblée Nationale visant à privilégier la croissance économique.

Le 10 octobre, adoption du projet de loi contre la fraude par le Parlement.

Le 15 octobre, alerte rouge d’inondation dans l’Aude provoquant la mort de plus de 14 personnes.

Le 16 octobre, c’est Christophe Castaner qui est nommé ministre de l’intérieur pour remplacer Gérard Collomb.

 

Le 4 novembre, le non l’emporte en Nouvelle-Calédonie concernant le référendum d’autodétermination quant à l’indépendance.

Le 11 novembre, commémoration du centenaire de l’Armistice de la Première Guerre mondiale avec un rassemblement de plus de 70 chefs de l’Etat à Paris.

Le 12 novembre, annonce de l’interdiction de la circulation des véhicules les plus polluants dans la métropole du Grand Paris, pour le premier juillet 2019.

Le 17 novembre, première manifestation des gilets jaunes qui a rassemblé plus de 290.000 personnes. Un mouvement pour protester contre la hausse des taxes sur le carburant.

Le 22 novembre, élection d’Yves Veyrier au poste de secrétaire général de Force ouvrière.

 

Le premier décembre, le mouvement de gilet jaune rassemble plus de 136.000 personnes transformant ainsi le paysage urbain de Paris en véritable terrain de guerre.

Le 5 décembre, annulation de la hausse des taxes sur le carburant prévue en janvier 2019.

Le 10 décembre, Emmanuel Macron fait une annonce solennelle en évoquant des mesures drastiques en réponse aux revendications des gilets jaunes.

Le 21 décembre, approbation des mesures d’urgence économique et sociale par le Sénat.

 

Ainsi, sont les quelques actualités les plus marquantes de l’année 2018.  

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here