Après les difficultés révélées au sein de l’éducation nationale, c’est au tour des étudiants de montrer leurs désarrois. La précarité étudiante est connue, de nombreuses initiatives sont nécessaires chaque année pour permettre à ces jeunes adultes de se nourrir, de se loger, etc.

Un geste terrible d’un étudiant

Vendredi 8 novembre, un étudiant de Lyon s’est aspergé d’un liquide inflammable devant un restaurant universitaire de Lyon. Son geste a été expliqué par un mot laissé par la victime, détaillant la difficulté qu’il avait de vivre décemment en tant qu’étudiant. Plus qu’un problème de logement, il s’agissait ici d’un problème monétaire l’empêchant de vivre et de suivre ses études. Le jeune homme, qui était en licence 2 pour la troisième année n’avait plus de bourse. Il faisait partie d’un syndicat étudiant pour lutter contre la précarité chez les étudiants. Il est aujourd’hui entre la vie et la mort, son corps étant brûlé à 90 %.

Un émoi national

Ce jeune homme n’est pas le seul  à lutter pour vivre durant ses études. La difficulté de trouver un logement, l’obligation de travailler pour pouvoir subsister en plus des heures de cours, le manque de nourriture parfois, pour les jeunes femmes l’impossibilité de s’acheter des protections périodiques, etc. Plus qu’une étape de leurs vies, les étudiants craignent d’endurer ces difficiles conditions de vie pour rien. Ils se trouvent face à un chômage important, une cotisation pour la retraite qui semble compromise. Tout autant de faits qui les poussent à douter de l’éducation, du monde du travail et plus généralement de l’avenir.

Un appel à manifester par les syndicats étudiants est lancé pour le 12 novembre 2019. Ce geste ne doit pas être oublié, il est le reflet d’un problème qui touche les jeunes qui seront la société de demain.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here