Lundi dernier, un conseiller du président Donald Trump a présenté une mesure visant à “réduire l’immigration légale et illégale” interdisant l’obtention de la carte verte ou d’un visa aux migrants trop pauvres.

 

L’actuel président Donald Trump souhaite mettre les problèmes d’immigrations au centre de sa campagne pour les prochaines élections en 2020.

 

La mesure présentée lundi 30 septembre concernant l’obtention de la carte verte consisterait à interdire l’obtention du précieu sésame aux migrants ne pouvant payer leurs frais médicaux. Elle entrera en vigueur le 15 octobre prochain. Cependant le Centre National du Droit de l’Immigration(NILC) compte porter l’affaire au tribunal pour discrimination raciale.

 

Qu’est-ce que la carte verte

La carte verte est un titre qui permet à son titulaire d’être considéré comme un résident permanent. Elle donne le droit de vivre aux Etats-Unis définitivement. Cette carte permet par exemple de travailler ou étudier, de sortir et rentrer du territoire américain sans problèmes. Elle ne donne cependant pas le droit de vote aux Etats-Unis.

 

La carte verte peut s’obtenir de plusieurs façon:

  • Le mariage : Une carte temporaire pendant 2 ans puis validité de 10 ans.
  • Les liens familiaux : Demande au nom du regroupement familial
  • L’investissement : En investissant au minimum 500 000 dollars.
  • “US green Card Lottery” : loterie organisé chaque année en octobre pour gagner une carte verte.

La carte verte peut aussi se faire si vous avez un VISA, dans ce cas il faudra l’acquérir par le travail.

Les VISAS

Le Visa concerne toute personne qui souhaite faire un séjour aux États-Unis de plus de 90 jours. Pour faire sa demande de visa il suffit de se rendre à l’ambassade des USA car contrairement à l’ESTA USA le VISA nécessite obligatoirement un entretien à l’ambassade américaine. Il n’y a pas de condition particulières pour faire sa demande de VISA, il y a cependant plusieurs types de VISA, attention à bien vous renseigner pour ne pas vous tromper.

 

l’ESTA

De nombreuses personnes pensent que l’ESTA et le VISA sont des synonymes alors que non. l’ESTA (Electronic System for Travel Authorization) a été introduit en 2008 pour désengorger les demandes de VISA, il faut le voir comme une exemption de VISA. Ce programme est accessible aux personnes qui veulent séjourner moins de 90 jours aux États-Unis.

Deux migrants sur trois impactés

Cette mesure concernerait les deux tiers des futurs immigrants. Un chiffre qui n’a pas l’air d’inquiéter le président Trump qui a justifié cette mesure en affirmant que les immigrés légaux étaient 3 fois moins susceptibles de bénéficier d’une assurance maladie, contrairement aux citoyens américains, ce qui engendrerait un fardeau pour les hôpitaux des États-Unis. Cependant cette mesure ne concernerait pas les réfugiés, les demandeurs d’asile ainsi que les étudiants souhaitant côtoyer les universités américaines.

 

Une fois la mesure mise en place, les immigrants devront prouver qu’ils seront en mesure de souscrire à une assurance maladie dans les 30 jours suivants leur arrivée aux États-Unis sans quoi leur visa sera refusé.

 

“Le président Trump n’a pas réussi à construire un mur physique le long de la frontière américano-mexicaine pour dissuader les immigrants clandestins(…)mais il a effectivement construit un mur invisible pour empêcher l’entrée d’immigrants légaux.” déclare Steve Yale-Loehr, spécialiste de l’immigration à la Cornell Law School.

 

Cette politique assez stricte est plus connue sous le nom de “charge publique”. Dans cette logique, un immigrant ne pouvant pas être “indépendant” des aides de l’état (soins médicaux, aide au logement, nourriture) sera considéré comme un fardeau pour la société et se verra donc refusé la permission de vivre de manière permanente aux États-Unis.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here