Bloomberg vient de publier une longue enquête qui a eu un écho très fort en ces temps de guerre commerciale entre la Chine et les Etats-Unis.

Selon cette enquête, les services de renseignement chinois auraient développé et intégré dans des cartes mères de Supermicro une micropuce qui aurait la capacité d’espionner les réseaux internes car le hack se ferait au niveau hardware, moins détectable et ayant moins de sécurité. L’inquiétude est logiquement fort car ce fabricant est leader dans le domaine de composants pour serveurs.

Toujours selon Bloomberg, Amazon, Apple, ainsi que des organisations gouvernementales américaines auraient été touchées par l’insertion de ces puces dans leurs datacenters.

Démentis vifs des différentes parties privées

Sans tarder, Amazon, Apple & SuperMicro ont publié des communiqués contredisant cette enquête de Bloomberg, en précisant n’avoir rien constaté de tel dans leur système.

Ils demandent par ailleurs une enquête auprès de la SEC (l’équivalent de l’AMF en France, le gendarme boursier) pour manipulation de cours afin d’évaluer qui aurait vendu à perte durant les dernières sessions boursières et ainsi profité des remous que provoque cet article.

SuperMicro a perdu près de la moitié de sa valeur sur sa cotation en Bourse !

La Chine inquiète à juste titre

Une énorme majorité des composants informatiques sont construits en Chine, qui a le savoir faire, les ressources industrielles et de matières premières, sans oublier la main d’oeuvre qualifiée et peu chère dont les grands groupes informatiques raffolent étant donné les marges considérables qu’ils souhaitent continuer de générer.

Néanmoins les chinois ne sont plus uniquement des manufactures bon marché, leurs connaissances technologiques n’ont pas cessé de s’améliorer et cela se traduit entre autre par leurs investissements, tel que pour l’Intelligence Artificielle où ils sont le deuxième pays après les USA à investir en masse.

C’est aussi un pays dirigé par un parti unique, qui contrôle tout et qui a bien compris que l’information comme la manipulation peuvent être des armes dans le système mondialisé actuel, notamment sur le plan business et commercial.

Voilà pourquoi personne n’a été surpris lors de cette annonce et qu’aucune vérification n’a été réellement faite auprès des intéressés, étant donné que tous souhaitent voir la Chine condamnée, traitement que reçoit également la Russie. Les 2 puissances qui inquiètent les occidentaux.

image illustration serveur informatique gros plan intérieur branchementEveil des consciences sur la nécessité d’une souveraineté technologique

Difficile de déterminer le vrai du faux dans cette affaire et il n’est pas certain que le grand publie aura la version “réelle”.

Néanmoins c’est un avertissement, nous dépendons toujours plus de composants, de systèmes, de services étrangers que nous ne contrôlons pas.

Or à l’ère du RGPD, de l’Europe qui s’éveille pour protéger les données de ses citoyens et de ses entreprises, il devient plus que nécessaire de s’équiper à l’aide de partenaires locaux.

Il est évident que nous ne pouvons fermer nos portes aux marchés globalisés, le protectionnisme irréfléchi n’est pas une bonne solution. Cependant s’appuyer sur des services et sociétés françaises et européennes permettrait de répartir et donc limiter les risques.

Exemple avec la société Orange qui développe une offre dite multicloud, qui agrège tant des serveurs dans le cloud français, que la location de machine auprès AWS d’Amazon ou Microsoft Azure.

Cela doit provenir du plus haut niveau, l’état doit se saisir du sujet pour protéger notre économie, et nos libertés fondamentales.

En savoir plus : https://www.nextinpact.com/news/107131-la-chine-accusee-despionnage-chez-amazon-et-apple-via-supermicro-multiples-dementis.htm

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here