Le plus grand exercice démocratique de l’histoire est en cours pour décider qui gouvernera l’Inde au cours des cinq prochaines années, mais l’ampleur des fausses informations circulant en ligne suscite de graves inquiétudes.

La chasse aux fausses informations

Au cours de la période qui a précédé le vote, des efforts vigoureux ont été déployés par des organisations de vérification des faits et des plateformes de médias sociaux pour démystifier les informations trompeuses ou les fausses déclarations. Ces efforts constituent un premier pas, mais il est clair que de fausses informations sont encore diffusées. Reality Check examine certaines des rumeurs trompeuses qui ont persisté au cours de cette campagne électorale.

Sonia Gandhi

Une fausse histoire qui a été largement diffusée sur les médias sociaux concerne Sonia Gandhi, la leader d’origine italienne du principal parti d’opposition au Congrès, qui serait plus riche que la Reine. Mais l’histoire a été démystifiée il y a six ans. Dans un pays où l’inégalité des revenus est une question très émotive, des histoires inexactes sur les niveaux de richesse personnelle, en particulier des politiciens, peuvent être très dommageables pour la réputation.

L’histoire trouve son origine dans des articles de journaux datant de 2012. Le Huffington Post avait publié une liste de riche dirigeants mondiaux, dont Sonia Gandhi en 2013, dont le nom a plus tard retiré après que le montant qu’ils disaient qu’elle valait a été mis en doute. Mme Gandhi a déclaré des actifs d’une valeur de 90 millions de roupies lors des dernières élections en 2014.  Mais l’histoire a encore été largement partagée pendant cette campagne électorale, y compris par un porte-parole du BJP au pouvoir.

Par ailleurs, Mme Gandhi a également été la cible de messages qui prétendent la montrer en tant que jeune femme sur des photographies dans un cadre glamour, avec des commentaires remettant en question ses normes morales. Mais les photos partagées sont celles d’actrices célèbres d’Hollywood et n’ont rien à voir avec Mme Gandhi.

Le premier ministre actuel a également été la cible

Une autre histoire largement partagée concerne les qualifications scolaires de l’actuel premier ministre. Fils d’un vendeur de thé dans l’état du Gujarat, Narendra Modi fait grand cas de sa modeste éducation. Il dit qu’il a réussi à obtenir des diplômes de premier cycle et des diplômes d’études supérieures.

Une vidéo en circulation, cependant, montrait apparemment M. Modi disant qu’il n’avait pas étudié au-delà du secondaire (10e année). Elle a été partagée par les partisans du Congrès. Mais la vidéo n’est qu’une partie d’un vieil entretien dans lequel M. Modi indique clairement que ses diplômes d’enseignement supérieur ont été obtenus par des examens externes après avoir quitté l’école formelle. Le clip vidéo plus court et trompeur, bien que son contexte ait été clarifié, circule toujours sur Facebook, Twitter et YouTube.

 

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here