Depuis une semaine, le Burkini apparaît sur tous les médias comme le symbole même de “l’incompatibilité de l’Islam” avec la République française. Le Maire de Cannes l’a tout bonnement interdit sur ses plages le 28 Juillet pour des raisons de “bonnes moeurs, de laïcité et d’hygiène”. 

                 Il ne serait donc pas considéré comme relevant de bonnes moeurs de souhaiter cacher son corps à la plage… Alors allons plus loin, interdisons les pantalons à la plage, les personnes qui mettent un T-shirt pour cacher l’objet de leurs complexes, les combinaisons de surf, etc…

                 Serait-ce alors une question de laïcité ? Encore non. La seule loi qui interdit le voile dans l’espace public date de 2011 et ne concerne que le niqab et la burqa, qui cachent le visage de celles qui les portent. Cette loi relevant d’ailleurs plus d’une question de sécurité que de laïcité.

                 Il serait donc question d’hygiène. A ma connaissance, loin des règles draconiennes d’une piscine, les plages françaises n’interdisent aucunement de se baigner dans la mer avec le vêtement de son choix. Le maire de Cannes sous-entendrait donc simplement que les femmes qui portent des burkini sont plus sales que les autres ?

                Un dernier argument en faveur de l’interdiction du burkini relèverait de questions de sécurité. Un burkini serait susceptible d’attenter à l’ordre public… quel vêtement diabolique.

                D’aucuns diront que ce vêtement doit néanmoins être interdit car il rabaisse la femme. Il est simplement besoin de rappeler que toute pression proférée à l’encontre d’une personne pour des questions religieuses est punie par l’article 31 de la loi de 1905. Et faudrait-il interdire la société elle-même, puisqu’elle engendre de nombreux complexes, notamment aux femmes, dans le culte de la minceur qu’elle dissémine ici et là ? Pression sociétale qui engendre à n’en pas douter la multiplication de T-shirt et de vêtement amples sur la plage pour dissimuler ces complexes.

                Pour le reste, si les femmes ont sciemment choisi de s’habiller avec un burkini, qui sommes nous pour juger ? De quelle haute opinion d’eux-mêmes les Occidentaux font encore preuve pour s’arroger le droit de dicter à tous leur façon de se vêtir.

                Peut-être que ces femmes n’apparaissent pas comme de “bonnes françaises”, dans un débat de plus en plus délétère sur “l’identité nationale”, et laissons ces épiphénomènes à leur place, sans les inscrire hiérarchiquement au-dessus de vrais problèmes, mais rappelons-nous simplement, sous la plume de St Exupéry que “loin de me nuire, ta différence m’enrichit”.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here