L’Aquarius avait demandé à la France de le laisser accoster à Marseille et de permettre l’accueil de 58 migrants sauvés en mer méditerranée.

“La France n’est pas prête pour l’instant à laisser le navire de sauvetage méditerranéen Aquarius accoster et débarquer des dizaines de migrants dans le port de Marseille”, a déclaré mardi le ministre français des Finances.

“Pour l’instant, c’est ” non “, a répondu Bruno Le Maire lorsqu’on lui a demandé sur BFM TV si Paris était prête à répondre positivement à une demande d’autorisation d’accostage de 58 personnes à bord dans le port sud de la France.

Le Maire a déclaré que les navires étaient censés accoster au port le plus proche selon les règles européennes et que Marseille n’était pas le plus proche.

“En matière d’immigration, la question doit être traitée avec fermeté et clarté, et les règles européennes doivent être respectées “, a déclaré le ministre.

Stratégie d’évitement tristement classique qui retournerait les pères fondateurs de la déclaration des droits de l’homme et du citoyen dont la France était la source mais qui perd année après année tout crédibilité sur ces sujets.

Aquarius 2 est le dernier navire de sauvetage caritatif encore en activité dans la région de la Méditerranée centrale, transportant des migrants qui, dans de nombreux cas, tentent de se rendre en Europe depuis la Libye.

Les groupes caritatifs ont subi un coup dur lundi, lorsque, en plus de la récente interdiction de leurs bateaux dans les ports italiens, les autorités panaméennes ont révoqué l’immatriculation du navire Aquarius.

 

L'Histoire retiendra qu'un continent de 500 millions d'habitants a regardé ses souliers quand 58 naufragés frappèrent à…

Publiée par Raphaël Glucksmann sur Mardi 25 septembre 2018

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here