Les Jeunes Socialistes s’opposent à la stratégie logement du gouvernement

Les jeunes socialistes dénoncent les mesures annoncées par le gouvernement dans le cadre du plan logement et demandent une réorientation de la stratégie présentée qui est amenée à précariser les plus démuni-e-s, au premier rang desquels se trouvent le plus souvent les jeunes.

A défaut d’un programme ambitieux contre le mal-logement, le gouvernement se livre à une baisse sans précédent du budget consacré au logement alors que la France compte encore 4 millions de mal-logé-e-s. Avec 1 milliard d’euros en moins, construire plus de logements pour répondre aux besoins de la population est mission impossible, alors que les grandes villes ne respectent déjà pas la loi SRU.

Les Jeunes Socialistes dénoncent le choix du gouvernement de faire peser la réduction des dépenses sur les plus précaires. L’annonce d’une diminution des APL de 50 euros pour les locataires de logement sociaux et la baisse généralisée de 5 euros des APL à destination des jeunes menacent les plus fragiles. Les bailleurs sociaux sont également directement concernés puisqu’ils n’auront plus les moyens d’entretenir le parc locatif. Cette baisse opérée sur l’un de nos meilleurs systèmes de redistribution met en péril le quotidien de millions de français-es.

Alors que l’airbnbisation du logement et l’existence de logements vides en zones tendues doivent être combattues, le gouvernement n’apporte aucune réponse efficace. L’annonce de la création d’un “bail de plus courte durée assorti de mesures de garantie du loyer” à destination des jeunes va simplement précariser un peu plus la situation des jeunes sans régler ces problèmes. Il s’agit d’une décision inacceptable alors que 73% des étudiant-e-s sont exclu-e-s du système de bourses sur critères sociaux et que les étudiant-e-s consacrent en moyenne 53% de leur budget mensuel pour financer leur logement.

Une fois n’est pas coutume, l’écologie passe également au second plan. Le gouvernement prévoit en effet un moratoire sur les normes techniques et environnementales dont il estime qu’elles sont un frein à la construction. La libéralisation du logement orchestrée par Macron se fait au détriment de la transition énergétique.

Engagé-e-s pour le droit au logement, les Jeunes socialistes réclament une application stricte de l’encadrement des loyers et de la loi SRU en faveur des logements à caractère social afin de lutter contre le mal-logement. Ils appellent à une politique ambitieuse de réhabilitation, de rénovation et de construction de logements étudiants prenant en compte la transition énergétique.