Les Jeunes Socialistes refusent la suppression démagogique et infondée du régime étudiant de sécurité sociale

Face aux menaces renouvelées mardi matin du gouvernement contre le régime étudiant de sécurité sociale (RESS), les Jeunes Socialistes réaffirment avec force leur attachement à ce régime essentiel à l’autonomie et à la santé des jeunes.

Ce nouvel épisode illustre une fois de plus la réalité politique de ce gouvernement, déconnecté des réalités de la jeunesse, de ses aspirations et de sa quête d’autonomie. Emmanuel Macron et Édouard Philippe gouvernement contre les jeunes.

A l’heure où près d’un.e jeune sur trois renonce à des soins, et où plus d’un jeune sur cinq vit sous le seuil de pauvreté, l’existence d’un dispositif spécifique pour les jeunes est primordiale.

Le RESS permet de développer des actions d’éducation au système de soins. Il est indispensable pour accompagner les jeunes dans la compréhension du système de protection sociale et les aider à devenir acteurs et actrices de leur santé.

Le RESS est un outil essentiel pour conduire des actions de prévention santé adaptées au public jeune (prévention SIDA, dépistage, prévention des addictions,…), dispensées par les pairs. Ces actions ne sauraient en aucun cas être assurées de manière efficace, à moyens constants, par les autres régimes.

En l’état actuel, la suppression du RESS ne permettra pas de simplifier l’intégration des jeunes à la sécurité sociale, ni l’accès aux soins. Au contraire, elle donnera lieu à un éparpillement des étudiants dans les différents régimes existant, en fonction des activités de leurs parents.

Plutôt que cette décision démagogique et infondée, les Jeunes Socialistes proposent que soit organisé un véritable débat sur l’amélioration de l’accès à la protection sociale des jeunes. Le RESS doit effectivement être réformé : il doit être étendu, dans son public comme dans ses missions. Les Jeunes Socialistes appellent à une refonte ambitieuse, qui permette l’unification du régime en une seule organisation dirigée par les jeunes, et qui toucherait l’ensemble d’entre eux (apprenti.e.s, jeunes actifs.ves, étudiant.e.s, …).