Les Jeunes Socialistes demandent la révocation de Robert Ménard pour apologie du féminicide

Les Jeunes Socialistes dénoncent la campagne indigne et scandaleuse du maire de Béziers qui met en scène le meurtre d’une femme sur une voie ferrée pour défendre l’arrivée du TGV en région Occitanie.

À l’heure de la nécessaire prise en compte de l’ampleur des violences faites aux femmes et où les élu.e.s devraient mener des politiques publiques fortes sur le sujet, la campagne de Robert Ménard participe de la culture des violences sexistes qui sont un fléau dans notre société. Après de nombreuses autres provocations, cette campagne fait clairement l’apologie du féminicide, c’est-à-dire du meurtre d’une femme en raison de son sexe. Financée avec l’argent du contribuable, c’est une ignominie. Le maire de Béziers en est désormais coutumier.

L’État doit réagir de manière extrêmement ferme et exemplaire à ces campagnes scandaleuses à répétition. Les Jeunes Socialistes demandent la révocation immédiate de Robert Ménard en ses fonctions de maire de Béziers. Des poursuites doivent être également lancées contre lui, pour qu’il réponde de ses actes devant la justice. Afin de lutter réellement contre toutes les violences faites aux femmes et lutter contre le phénomène d’invisibilisation de ces violences, les Jeunes Socialistes appellent également l’Etat à reconnaître le féminicide dans le droit pénal.

Le sursaut citoyen et le réveil des consciences sont le seul rempart face au danger que représente représenté l’extrême-droite dont la dangerosité est sans limite.