Face au danger du Glyphosate, l’interdiction s’impose

Les Jeunes Socialistes dénoncent l’utilisation du glyphosate et alertent du danger que cette molécule représente.

Commercialisé dans un premier temps par le géant de l’agrochimie Monsanto, cet herbicide est un véritable poison que l’on retrouve abondamment dans nos assiettes.

Le documentaire de la réalisatrice Marie-Monique Robin « Le RoundUp face à ses juges » diffusé le 17 octobre sur Arte, révèle des preuves irréfutables qui accablent ce pesticide.

Les conséquences sur l’être humain sont ravageuses. Elles induisent des malformations congénitales rares et parfois mortelles sur les nouveaux nés. Chez les personnes adultes exposées au glyphosate, le risque de cancer explosent et des maladies neurodégénératives se déclarent.

Seulement, les destructions engendrées par cette molécule chimique, vont bien au delà de notre santé. L’herbicide en question répertorié également comme antibiotique, permet le développement de bactéries ultra résistantes. Les animaux d’élevage, eux aussi, ne sont pas épargnés. Le soja OGM provenant du continent américain,  bombardé de glyphosate, est intégré dans la composition des aliments d’une partie du bétail européen. Les problèmes de santé se font vite remarquer. Malformations, problèmes digestifs, mort prématurée… la liste est longue.

Les Jeunes Socialistes exigent qu’ Emmanuel Macron et le gouvernement s’opposent fermement au renouvellement de la licence du glyphosate en Europe et interdisent l’utilisation des pesticides les plus dangereux. Les défenseurs de ce poison avancent des arguments irrecevables, et Monsanto accusé de crime d’écocide doit être condamné par la cour européenne de justice.

Les alternatives aux pesticides existent. Les pratiques d’agro-écologie en sont le parfait exemple. Voilà un modèle agricole qui protégera notre santé et celle de notre environnement.