Expulsons Gérard Collomb du gouvernement !

La politique migratoire d’Emmanuel Macron et de Gérard Collomb a pris un tournant répressif. Le Défenseur des Droits l’a qualifiée d’“inhumaine, à bien des égards”. Les Jeunes Socialistes demandent la démission de Gérard Collomb et la mise en place d’une politique nationale et financée pour un accueil digne.

Elu par défaut avec des voix de gauche pour faire barrage à l’extrême-droite, Emmanuel Macron mène au pouvoir une politique bien différente de ses discours de campagne. Lui qui promettait “des hébergements d’urgence partout” et “plus une personne à la rue” d’ici à la fin 2017 poursuit et aggrave une politique de répression inefficace et contraire à toutes nos valeurs d’accueil et de solidarité.

Les Jeunes Socialistes dénoncent la logique permanente de tri entre “bons” réfugié.e.s relevant de l’asile et “mauvais” migrant.e.s économiques. Cette logique a trouvé son paroxysme dans la demande inique de Gérard Collomb aux acteurs de la solidarité de fournir chaque mois les fichiers des personnes hébergées afin de faciliter les expulsions. Ce retour à une politique du chiffre est une dérive inquiétante. En détournant le sens de l’hébergement d’urgence et en s’attaquant aux associations qui pallient pourtant les incuries de l’Etat, Gérard Collomb atteinte gravement aux droits des étranger.e.s.

Ce gouvernement n’a rien d’humaniste. A l’heure où la droite se radicalise, quelques mois après les 11 millions de voix du Front National aux élections présidentielles, au moment où l’Europe se replie et faillit à son ambition humaniste alors que l’extrême-droite entre au gouvernement autrichien, le gouvernement choisit de valider ses thèses. La gauche et la société engagée ne doivent rien laisser passer. Les Jeunes Socialistes appellent à un vaste plan de régularisation et d’intégration de tou.te.s les sans-papiers.

Le gouvernement doit cesser les innombrables évacuations, comme à La Chapelle, et construire enfin un plan national d’accueil financé et cohérent pour trouver des solutions pérennes. Le gouvernement doit cesser les exactions policières, les vols de couverture et la chasse aux réfugié.e.s qui participent au désastre humanitaire de Calais. Le Gouvernement doit respecter le droit et faire en sorte qu’aucun enfant ne dorme dans la rue, et que les délais administratifs de demande d’asile et de régularisation soient respectés.

Les Jeunes Socialistes demandent donc la démission immédiate de Gérard Collomb et l’arrêt de cette politique de suspicion et de répression.