Communiqué des Jeunes Socialistes

Les Jeunes Socialistes condamnent avec la plus grande fermeté tout acte sexiste, harcèlement, agressions sexuelles et viols. Ils doivent être combattus partout et sans aucune ambiguïté.

« Libération » rapporte aujourd’hui des accusations portées à l’encontre d’un ancien Président du Mouvement des Jeunes Socialistes. Les Jeunes Socialistes expriment leur entière et infaillible solidarité avec toutes les femmes qui ont le courage et la force de parler et de briser le silence.

Au sein du Mouvement des Jeunes Socialistes et dans toutes les sphères de la société, la parole se libère. Les Jeunes Socialistes sont révulsé.e.s par les actes rapportés et seront mobilisé.e.s pour accompagner ces femmes dans toutes les démarches qu’elles décideront d’entreprendre.

Au-delà des paroles, le Mouvement des Jeunes Socialistes a entamé un travail important pour prévenir et réprimer les comportements sexistes, quels qu’ils soient. Ce travail va s’amplifier. Au delà des responsabilités individuelles des harceleurs, des agresseurs, et des violeurs, il nous appartient sans cesse d’interroger nos cadres collectifs et nos pratiques pour qu’aucun.e militant.e n’ait à souffrir d’aucune violence physique ou psychologique.

Parce que nous sommes socialistes, nous serons toujours défenseur.se.s du féminisme. Les Jeunes Socialistes veulent que l’engagement des femmes puisse se vivre en totale égalité avec celui des hommes. C’est un douloureux rappel de l’ampleur des violences faites aux femmes, qui sont présentes partout dans la société, y compris dans des organisations engagées dans les combats féministes comme le Mouvement des Jeunes Socialistes.

Ils et elles sont conscient.e.s de l’ampleur du retard qui est celui du milieu politique et des sphères de pouvoir en général. Des initiatives plus fortes et volontaristes pour l’égalité et la lutte contre le sexisme s’imposent à toutes les organisations.