Loi travail : apaiser maintenant pour rassembler demain.

A la veille d’une nouvelle journée de mobilisation, les Jeunes Socialistes réaffirment leur opposition à plusieurs dispositions de la loi travail.

Nous considérons toujours que la philosophie générale de ce texte est contraire à l’héritage et aux valeurs de la gauche. Plusieurs articles sont à l’opposé de nos engagements de campagne et valident même des discours que nous avons combattu en 2012. L’inversion de la hiérarchie des normes est par exemple une mesure à laquelle nous avons toujours été opposés.

Une réforme de gauche est possible, en retirant de la loi les mesures qui contredisent nos engagements électoraux et en ayant pour boussole la protection des salariés dans une économie qui change.

Alors que nous commémorons les 80 ans de l’arrivée au pouvoir du Front populaire et des immenses conquêtes sociales qui l’ont accompagné, nous rappelons le lien consubstantiel de la gauche et du mouvement social. Nous déplorons tous les discours qui visent à discréditer des organisations syndicales et des salariés en grève.

La gauche au pouvoir est confrontée sur ce texte à l’hostilité de celles et de ceux qui ont fait sa victoire de 2012. Pour renouer avec nos électeurs et retrouver auprès d’eux toute notre crédibilité, nous invitons le gouvernement à s’engager sur la voie du compromis et à ne plus envisager de recourir au coup de force institutionnel que représente l’emploi de l’article 49 alinéa 3 de la constitution.

Au moment où les candidats à la primaire de droite se lancent dans une course à l’ultra-libéralisme et où les sénateurs LR et UDI veulent une loi travail encore plus destructrice des protections des salariés, nous devons plus que jamais affirmer nos valeurs, et retirer de ce texte ce qui nous empêche de nous concentrer sur les avancées sociales portées par la gauche comme l’instauration du Compte personnel d’activité.

Les Jeunes Socialistes continueront à faire des propositions pour travailler mieux, moins, et tous, et pour rassembler la gauche. Sans ce rassemblement autour d’engagements communs, la gauche sera condamnée à l’échec en 2017. Nous croyons qu’il n’est pas trop tard.

Préparez le changement: restez informés!

Commentaires

Soyez le premier à réagir !

Les commentaires sont fermés.