Accident nucléaire à Paluel : un rappel de l’épée de Damoclès

Le 31 mars 2016 à 13h, à Paluel, sur la côte de Seine-Maritime, un générateur de vapeur est tombé de sa hauteur lors d’une lors d’une opération de manutention dans le bâtiment réacteur de l’unité n° 2.

De 22m de haut et de 465 tonnes, il a endommagé le sol du bâtiment et la piscine de la cuve.

Si EDF se veut comme d’habitude rassurante, cet accident pose de lourdes questions sur la politique du « Grand carénage » visant à maintenir et améliorer le parc nucléaire français afin de prolonger sa durée de vie.

EDF n’avait pas prévu l’existence de ce type d’incident lors de la conception des réacteurs dans les années 90.

Ce n’est par ailleurs pas le premier incident à Paluel, problèmes climatiques (algues, gel), défaillances internes (incendie) sont à relever depuis quelques années.

Les problèmes du nucléaire restent nombreux, l’Autorité de Sûreté Nucléaire publie régulièrement les défaillances de centrales lors des contrôles ou les incidents d’exploitation en France.

Ainsi, il n’est pas responsable de faire le choix de prolonger la durée de vie des centrales nucléaires françaises. Malgré la qualité de l’ingénierie française, les impératifs de rentabilité, l’appel à la sous-traitance, le grand coût financier de l’entretien, l’exposition aux risques des populations sur le territoire, ne peuvent garantir la fiabilité de la filière nucléaire sur les courts et longs termes.

Les Jeunes Socialistes souhaitent que le pouvoir de décision d’une fermeture d’une centrale revienne au politique, en maintenant les avis de l’ASN, afin qu’ils ne se défaussent plus de leurs responsabilités. Ainsi, les Jeunes Socialistes réaffirment la nécessité de programmer au plus tôt un calendrier de sortie du nucléaire, de fermeture progressive des centrales en fonction de leurs durée de vie, et de transition énergétique vers le renouvelable.

Préparez le changement: restez informés!

Commentaires

Soyez le premier à réagir !

Les commentaires sont fermés.