Congrès de la IUSY – Union internationale des jeunes socialistes

Le compte rendu du déplacement à Tirana, en Albanie, des deux représentants des Jeunes Socialistes français au congrès international de la IUSY (International Union of Socialist Youth).

Jeudi 25, à notre arrivée, nous avons participé à une première réunion du comité européen. Après une courte introduction concernant les résolutions présentées, nous étions d’avis de tenter et de rassembler certaines résolutions de façon à rendre le débat le plus riche possible, et d’amoindrir les temps de présentation des amendements. Ce fut l’occasion de découvrir les candidats européens au poste de vice-président de la IUSY, et notamment leurs parcours avant de voter pour deux d’entre eux samedi 27.

Vendredi 26, en introduction, Felipe Jeldres Cerda, président de la IUSY a dégagé plusieurs voies pour parvenir à la paix. Le premier pilier amené par Felipe est le développement de la solidarité internationale. Il a ensuite mentionné plusieurs formes de violences contre lesquelles les jeunes socialistes, partout dans le monde doivent pouvoir se mobiliser. La violence comme répression et violation des droits de l’homme a naturellement été mise en avant, un choix motivé par plusieurs visites faites par la direction de la IUSY à l’ONU, au Kurdistan mais aussi dans les territoires palestiniens. L’autre forme plus indirecte de violence mentionnée par Felipe est « la violence économique », conséquence des choix politiques « néolibéraux » contre lesquels nous nous levons.

Edi Rama, premier ministre d’Albanie a pour sa part insisté sur le chômage des jeunes, l’inclusion sociale de la jeunesse et l’éducation.
Une personne en charge du Youth Forum Albania est intervenue, suivie par Kejdi Mehmetaj – plus jeune élue au Parlement d’Albanie à l’âge de 20 ans.

Laura Slimani, ancienne présidente de notre mouvement et à présent des jeunes socialistes européens (YES) est intervenue au cours de l’après-midi. Elle a notamment rappelé l’intérêt pour la IUSY de s’emparer de la question des migrants car elle dépasse le cadre même de YES. Laura a ensuite rappelé en quoi nos choix économiques pouvaient être davantage ambitieux en appliquant à dessein une fiscalité plus exigeante envers les grandes entreprises exemptes d’impôts sur leurs bénéfices dans certains pays, pour financer les services publics et participer ainsi de l’émancipation de chacun.

Nous avons proposé avec les Jusos un aménagement des procédures de débat, un temps de présentation de chaque contribution sera désormais ajouté aux deux interventions contradictoires prévues dans les règles de fonctionnements initiales.

Ce même jour nous avons voté pour accepter de nouvelles organisations au sein de la IUSY, pour le passage du statut de membre observateur à membre votants mais également pour suspendre certaines organisations.

Préparez le changement: restez informés!

Commentaires

Soyez le premier à réagir !

Les commentaires sont fermés.