Protégeons les combattant-e-s kurdes, nos allié-e-s contre Daesh

Ce weekend, l’armée turque a bombardé la province d’Alep, territoire entre les mains des rebelles syriens, dont les Kurdes du YPG.

Nous nous félicitons de la condamnation par la France d’un tel acte. Comment expliquer une telle attaque alors que le Parti de l’Union Démocratique ne représente aucun danger pour le peuple turc ? Sa branche armée considérée par Ankara comme une organisation terroriste, n’agit que sur le territoire syrien et parfois irakien dans le contexte de la guerre civile syrienne, et est essentiellement constituée de forces d’autodéfense contre Daesh. S’attaquer à celles et ceux qui se battent pour la liberté et l’émancipation du peuple Kurde est une atteinte au principe d’autodétermination des peuples et une menace pour une résolution pacifique du conflit Syrien.

Plus qu’une condamnation, cette situation exige une clarification immédiate du gouvernement Turc et une clarification sur son rôle dans le conflit syrien. La Turquie de l’AKP joue le rôle de pompier pyromane dans la région. Membre de l’OTAN et de la coalition internationale contre Daesh, ses frontières poreuses laissent passer pétrole et djihadistes permettant de renforcer le califat autoproclamé. Le gouvernement turc n’hésite en revanche pas à faire usage de la force pour ses propres intérêts, dont le bombardement des positions kurdes considérées comme menaçantes.

Les forces Kurdes présentes en Syrie doivent être considérées comme membres alliés de la coalition internationale. En effet les milices de protection du peuple se battent sans relâche contre notre ennemi commun depuis le début du conflit. Un tel statut refrénerait les violences de l’armée turque contre l’YPG désormais allié. Il faciliterait d’une part les opérations contre Daesh, et d’autre part accélèrerait le processus de paix concernant la guerre civile Syrienne, les kurdes représentant un acteur de premier plan dans ce conflit.

Préparez le changement: restez informés!

Commentaires

Soyez le premier à réagir !

Les commentaires sont fermés.