Retrait des “Jeunes républicains” et de l’UNI du Forum Français de la Jeunesse : le retour à la niche.

L’organisation de jeunesse du parti de Nicolas Sarkozy et son antenne étudiante ont décidé de ne plus participer au Forum Français de la Jeunesse.

Créé en 2012, le FFJ permet de donner une voix institutionnelle aux jeunes et de placer la question de la jeunesse au coeur des débats publics. En peu de temps, cette structure a pris une importance considérable et utile pour porter la parole des jeunes et essayer d’influencer les décisions politiques. Elle a toujours été pluraliste et son animation d’une neutralité rigoureuse, permettant à chaque organisation gérée et animée par des jeunes d’y avoir toute sa place.

Les Jeunes Socialistes ont pris toute leur part dans ses travaux toujours riches et guidés par l’esprit de consensus, au service des aspirations de notre génération.

Le retrait des jeunes LR et de l’UNI montre bien que pour une certaine droite, la priorité jeunesse n’existe pas, que les jeunes n’ont pas vocation à s’exprimer et à critiquer les politiques qui les concernent. A droite, c’est le paternalisme qui l’emporte.

Cela n’a rien d’étonnant pour des organisations qui ont rarement été autonomes de leurs aînés dans l’histoire récente, et qui ne savent qu’exprimer la voix de leur maître, Nicolas Sarkozy. Son quinquennat avait déjà démontré tout le mépris de la droite pour les jeunes.

Le 11 janvier 2015, c’est le Forum Français de la Jeunesse qui avait organisé le rassemblement et l’unité des jeunes “pour la République, contre les amalgames”, et qui nous avait permis de marcher collectivement derrière une même banderole, compte tenu de l’exceptionnelle gravité de la situation. Nous avions déjà eu du mal à trouver les jeunes LR, qui s’estimaient gênés par le refus des amalgames et préféraient défiler dans leur cortège partisan, sous le contrôle de leurs aînés.

Les Jeunes Socialistes réaffirment leur attachement au FFJ et son rôle essentiel pour un dialogue constant, pluraliste et démocratique entre toutes les organisations de jeunesse. Si nous regrettons le départ de ces deux organisations de droite, nous espérons que le refus de participer à ce cadre d’échanges et d’action au service de la jeunesse ne sera qu’une parenthèse. Nous continuerons à nous investir pour être utiles à notre génération et savoir exprimer une parole autonome, libre, et sans concession vis-à-vis des décideurs politiques.

Préparez le changement: restez informés!

Commentaires

Soyez le premier à réagir !

Les commentaires sont fermés.