Les Jeunes Socialistes soutiennent la pénalisation du “revenge porn”

Les Jeunes Socialistes saluent l’adoption par les député-e-s de l’amendement déposé par l’écologiste Sergio Coronado au projet de loi numérique, qui pénalise les “vengeances pornographiques”. Ce phénomène est sexiste, puisque 90% des victimes sont des femmes, et touche particulièrement les jeunes, plus présents sur les réseaux sociaux et sur les sites de rencontre en ligne.

Certains pays avaient d’ores et déjà qualifié de délit une telle pratique, notamment l’Angleterre et le Pays-de-Galle ou encore plus de 17 États américains. Aux États-Unis, le revenge porn est parfois devenu un business puisque les victimes étaient l’objet de chantage et se sentaient parfois contraintes de payer des centaines de dollars pour éviter la diffusion de ces images.

À présent, le « fait de transmettre ou diffuser, sans le consentement de celle-ci, l’image ou la voix d’une personne, quand l’enregistrement, l’image ou la vidéo sont sexuellement explicites » (y compris des images prises dans des lieux publics) pourra désormais être passible d’un an de prison et de 45 000 euros d’amende.
Cet amendement vient mettre fin à la dérive de certains magistrats, qui considéraient que le fait d’avoir consenti à la prise d’une image valait consentement à sa diffusion.

L’adoption de cet amendement permet également d’harmoniser les peines prononcées à l’encontre des auteurs de vengeance par le porno, très inégales, aucune disposition spécifique n’étant pour l’heure prévue par la loi. En effet, les peines pouvait varier d’un an avec sursis et de 5 000 euros d’amende à six mois avec sursis et 2 500 euros à verser à la victime, jusqu’à une relaxe dans certains cas.

C’est donc une très bonne nouvelle pour les droits des femmes afin que la culpabilité ne repose plus sur elles et pour condamner et mettre fin à ces pratiques inacceptables.

Préparez le changement: restez informés!

Commentaires

Soyez le premier à réagir !

Les commentaires sont fermés.