Le temps du sursaut.

Les Jeunes Socialistes prennent acte des résultats des élections régionales et remercient tous les électeurs qui ont fait le choix de la gauche ou du barrage au Front national lors de ce second tour. L’augmentation de la participation entre les deux tours est une bonne nouvelle pour la démocratie.

La gauche est assurée de l’emporter ce soir dans 6 régions au minimum. C’est une chance pour les habitants de ces territoires et notamment les jeunes, qui bénéficieront à nouveau de politiques justes et ambitieuses, pour faire vivre les solidarités, pour un meilleur accès à la culture, des transports moins chers, la formation pour toutes et tous, la transition écologique et l’emploi.

Les Jeunes Socialistes, militants infatigables, ont pris leur part à ces campagnes pour faire gagner la gauche dans les régions. Nous saluons ces dizaines de Jeunes Socialistes qui ont incarné le renouvellement sur les listes et dont certain-e-s sont élu-e-s et siègeront dans les Conseils régionaux. Elles et ils sont la fierté de la famille socialiste.

Là où la gauche l’emporte ce soir, les Jeunes Socialistes seront des acteurs vigilants et actifs des politiques de progrès. Là où nous sommes défaits, nous pourrons compter sur eux pour combattre les politiques de la droite, qui vont abîmer les bons bilans de la gauche.

Quand un électeur sur deux ne se déplace pas et que l’extrême droite échoue à quelques milliers de voix à peine dans certaines régions, nous nous garderons de tout triomphalisme.

Les situations de triangulaires nous ont permis de gagner dans beaucoup de régions, malgré une défiance considérable à l’égard de la gauche au pouvoir, comme nous l’avons constaté lors de ces semaines de campagnes, sur le terrain.

La droite, empêtrée dans sa course avec l’extrême droite ne réussit pas, loin de là, la « vague bleue » qu’elle espérait et que Nicolas Sarkozy annonçait depuis des mois.

Le Front national est battu dans toutes les régions où il se hissait en tête au soir du premier tour. C’est un soulagement pour tous ceux qui refusent la banalisation de l’extrême droite, et qui combattent ses militants réactionnaires et dangereux.

Ne nous leurrons pas, le Front national a bien failli l’emporter ce soir dans certaines régions. Nous devons sa mise en échec en Nord-Pas-de-Calais-Picardie et en PACA au nécessaire sacrifice que les socialistes ont fait et à un sursaut républicain conséquent des électeurs de gauche. C’est ce sursaut qui a permis de mettre en échec le FN dans les régions où il était arrivé en tête le 6 décembre dernier. Une fois de plus, c’est le peuple de gauche qui a su prendre ses responsabilités pour préserver la république d’une extrême droite au pouvoir.

Mais ces digues s’effritent et ne sauraient nous dispenser d’une analyse sur les causes profondes de la force de l’extrême droite dans notre pays. Marine Le Pen et ses proches sont restés à la porte des présidences de régions, ils restent une menace pour la nation toute entière en 2017.

Le temps du sursaut est venu !

Nous appelons toute la gauche et singulièrement la famille socialiste à saisir l’ampleur des défis qui sont devant nous.

L’un des enseignements majeurs de ce scrutin nous démontre que seule l’unité de la gauche pourra lui permettre d’être qualifiée pour le second tour de l’élections présidentielle de 2017. Il nous appartient collectivement de créer les conditions du rassemblement.

La gauche doit être rassemblée pour gagner, et au delà, pour mener à bien sa mission de changement. Pour se rassembler, il ne suffit plus d’agiter la peur bien réelle de l’extrême droite. Nous devons aujourd’hui créer les conditions programmatiques d’une majorité gouvernementale qui rassemble toute la gauche sur des objectifs clairs : assurer la mise en œuvre concrète des valeurs de la république, et notamment faire de la promesse d’égalité une réalité pour toutes et tous, réduire les inégalités qui fracturent notre société, s’attaquer plus fortement encore à la pauvreté et aux discriminations, et porter les valeurs de progrès et de justice sans faiblesse face à l’extrême droite et à la droite.

Dès demain, nous entamerons ce travail, refusant comme toujours, la résignation et l’abandon.

Dès le 19 décembre, lors de notre congrès, nous lancerons les travaux utiles à l’unité de la gauche, sans proclamations ou ultimatums inutiles, mais dans le dialogue et la construction commune.

Nous serons aussi déterminés, pour les mois à venir, à mettre en lumière ce qui fait le lit de l’extrême droite : renoncements de la gauche sur les valeurs et dans les politiques menées, sentiment d’indifférenciation entre la gauche et la droite, défiance à l’égard d’un système politique à bout de souffle, montée des tensions dans la société…

Notre ambition, c’est de réveiller la gauche pour qu’elle renoue avec les citoyens et avec les jeunes, dont beaucoup ne se sont pas déplacés encore ce dimanche et ancrent leur rapport au politique dans l’abstention, et qu’elle permette à chacune et à chacun de maîtriser son destin et notre avenir commun.

Préparez le changement: restez informés!

Commentaires

Soyez le premier à réagir !

Les commentaires sont fermés.