Nouveaux indicateurs de richesse : la France avance !

Les Jeunes Socialistes félicitent la décision du gouvernement de sortir du seul indicateur de la croissance (PIB) pour évaluer les politiques menées. Six mois après le vote d’une proposition de loi en ce sens, dix nouveaux critères permettront de mieux mesurer l’état de santé du pays et d’analyser les effets concrets des mesures.

En effet, le PIB ne reflète que des variations quantitatives partielles et non pas l’amélioration réelle des conditions de vie. Par exemple, une activité de jardinage n’était pas comptabilisée, alors qu’une catastrophe naturelle pourtant néfaste, était synonyme de création de richesses. Le PIB correspond au productivisme et était obsolète face aux enjeux écologiques notamment.

C’est pourquoi les Jeunes Socialistes soutiennent depuis plusieurs années un changement de ces indicateurs, basé sur les travaux d’Amartya Sen sur l’indice de développement humain (IDH), de Dominique Méda ou encore d’Eloi Laurent.

Les nouveaux indicateurs sont :
- pour l’économie : le taux d’emploi, l’effort d’investissement pour la recherche, le niveau d’endettement.
- pour l’éducation : les sorties sans diplôme du système scolaire.
- pour la santé : l’espérance de vie en bonne santé.
- pour les inégalités : comparaison des revenus (les 20% les mieux payés face au 20% les moins bien payés), taux de foyers contraints de se priver dans leur consommation (de vacances, de chauffage, de viande, etc.).
- pour l’environnement : l’empreinte carbone par habitant et l’artificialisation des sols (notamment la part des terrains laissés à l’agriculture ou à la nature).
- le niveau de satisfaction dans la vie.

Au regard de ces indicateurs, il apparaît par exemple que seule la loi de transition énergétique aboutit à une nette réduction des émissions de gaz à effet de serre. Le gouvernement doit réorienter sa politique en ce sens, et notamment agir urgemment sur la réduction des inégalités.

Ces nouveaux indicateurs viennent questionner la croissance et son importance dans les politiques économiques actuelles. Les Jeunes Socialistes souhaitent aller plus loin et engager la transition vers un nouveau modèle de développement, écosocialiste, qui rompt avec les mythes du productivisme. Il permettrait une conversion du système de production et de consommation vers davantage de qualité, de durabilité, de bien-être individuel et collectif.

Préparez le changement: restez informés!

Commentaires

Soyez le premier à réagir !

Les commentaires sont fermés.