Vous avez la possibilité de changer l’Europe : prenez-là

Vous avez la possibilité de changer l’Europe : prenez-là

Contrairement à d’autres Français et Allemands avant nous, nous ne sommes pas nées en ennemies mais en sœurs, cela grâce au projet européen. Mais nous savons que si ce projet n’implique pas la solidarité, l’Europe peut redevenir l’espace d’une compétition entre nous et faire face à un nouveau déchirement.

C’est pourquoi nous nous adressons aujourd’hui aux responsables de nos partis respectifs et à nos ministres pour leur dire que leur responsabilité historique est de garantir le respect de la volonté démocratique des Grecs, qui ne s’est pas dirigée contre l’Euro mais contre la politique menée en Europe.

Notre monnaie commune est loin d’être parfaite. Mais elle est le signe que nous partageons un même projet, une même idée. Forcer un état souverain à la quitter serait un déni de démocratie. Mais ce serait surtout le début d’une spirale infernale de fragmentation sur notre continent.

Nous avons parfois le sentiment que nous ne voulons pas voir la réalité : la dette grecque ne sera jamais remboursée dans son intégralité, et c’est le point qui bloque des négociations. Faudrait-il que le people grec rembourse cette dette dans sa totalité, peu en importe le prix ?

Une politique du “Peu en importe le prix”, n’est pas possible pour nous. Car ce prix c’est déjà celui du doublement, en l’espace de 3 ans, du nombre de personnes vivant sous le seuil de pauvreté en Grèce, c’est le prix de la moitié de la jeunesse d’un pays qui ne trouve pas de travail, c’est le prix de la recrudescence de l’épidémie de SIDA dans un pays européen.

Permettre à la Grèce de rester dans la zone euro n’est pas d’une decision technocratique. Cette decision implique des vies, des familles, des espoirs et des peurs. Cette decision implique nos concitoyens, et elle ne peut être prise par les responsables non-élus du conseil d’administration d’une institution financière. Cette decision est la vôtre, et uniquement la vôtre. Si demain, la France et l’Allemagne décident que l’accord doit comprendre la restructuration de la dette grecque, cela figurera dans l’accord.

Il y a des générations qui ont fait l’Histoire en Europe. Jean Monnet, Konrad Adenauer, Robert Schuman, Altiero Spinelli et beaucoup d’autres ont réussi à dépasser les differences fondamentales entre leurs pays pour une cause plus grande. Vous avez la possibilité d’être la génération politique, de la gauche cette fois, qui marquera l’Histoire en amenant le projet européen là où il aurait toujours dû aller : vers la solidarité.

Il est plus que temps de mettre fin au dumping social par l’instauration d’un salaire minimum européen. Il est plus que temps de mettre en place la taxe sur les transactions financières. Il est plus que temps de faire l’union fiscale. Il est plus que temps d’impulser un New Deal pour créer des millions d’emplois durables.

Dans un moment où de plus en plus de jeunes se détournent des institutions européennes, le rôle des socialistes et sociaux-démocrates est de montrer qu’il y existe un autre chemin. Un chemin qui permet aux institutions européennes de fonctionner démocratiquement, non pas au dessus mais avec le peuple.

Nous vous demandons d’être le moteur franco-allemand derrière ce nouvel horizon. Nous vous demandons de faire l’Europe de la solidarité !

Laura Slimani, présidente des Jeunes Socialistes & Johanna Uekermann, présidente des JUSOS.

Préparez le changement: restez informés!

Commentaires

Soyez le premier à réagir !

Les commentaires sont fermés.