Grèce : la solidarité maintenant.

Les Jeunes Socialistes expriment leur solidarité à l’égard du peuple Grec et demandent aux leaders européens de proposer une alternative acceptable au plan d’aide soumis actuellement au gouvernement grec d’Alexis Tsipras. La question de la restructuration de la dette grecque ne peut être exclue des négociations tant elle est cruciale à la sortie du marasme économique et humain que connait la Grèce.

Après avoir subi l’austérité imposée par la troïka pendant des années, les grecs ont fait le choix il y a quelques mois d’une majorité progressiste, attachée à la place de son pays dans l’Union européenne et dans l’Euro, rejetant ainsi la voie du repli réactionnaire et nationaliste. Il est indispensable de respecter ce choix démocratique.

Malgré des concessions considérables de la part du gouvernement grec, l’Eurogroupe n’a pas voulu parvenir à un accord acceptable en refusant toute discussion sur la dette grecque.

La Grèce a lourdement payé le prix de l’austérité. Elle recense à présent plus de 1,5 million de chômeurs et 3 millions de personnes dans la pauvreté. La mortalité infantile, la hausse des épidémies et le non-recours aux soins ont considérablement augmenté.

Aujourd’hui, contraindre la Grèce à une nouvelle cure austéritaire reviendrait à la condamner à l’asphyxie financière et à de nouveaux reculs sociaux. La question posée aux leaders européens va au delà de celle de la dette grecque, il s’agit de l’avenir du projet européen face à la montée de l’extrême droite sur tout le continent, notamment chez les jeunes.

Les Jeunes Socialistes appellent le gouvernement français à soutenir le gouvernement d’Alexis Tsipras, à respecter le choix souverain des citoyens grecs qui s’exprimeront le 5 juillet, et à tout faire pour réorienter la politique européenne afin de donner du sens au projet européen.

Préparez le changement: restez informés!

Commentaires

Soyez le premier à réagir !

Les commentaires sont fermés.