Grégoire Ruhland, candidat en Meurthe-et-Moselle

À l’occasion des élections départementales, les Jeunes Socialistes vous proposent de découvrir quelques uns des jeunes candidats socialistes. Aujourd’hui, nous faisons le portrait de Grégoire Ruhland, candidat sur le canton de Saint-Max en Meurthe-et-Moselle.

  • Mon engagement en quelques mots… 

Mon engagement a commencé avec le syndicalisme lycéen, en devenant responsable départemental 54 de l’Union Nationale Lycéenne, puis il s’est poursuivi avec le militantisme politique. J’ai rejoint le Parti Socialiste et les Jeunes Socialistes en 2011, animé par une conviction constante : celle que nous ne devons jamais abdiquer dans la lutte contre les inégalités, quelles qu’elles soient. Durant mes études à Sciences Po Toulouse, je me suis engagé dans plusieurs associations dont un programme d’égalité des chances à destination de lycéens.

En mars dernier, à 21 ans, je suis devenu Adjoint au Maire de Tomblaine, délégué aux Finances. L’action politique est capable de faire advenir bien des potentialités, j’en suis convaincu. Je le constate chaque jour dans ma ville, dans mon département et je suis particulièrement enthousiaste quand je vois ce que nous réalisons, au service de tous !

Avoir des convictions fortes est une chance ; les exprimer, les soutenir est une force. C’est cette force que j’ai souhaité mettre au service de tous, pour créer les conditions d’une société plus juste, plus solidaire, plus fraternelle.

  •  Comment vas-tu convaincre pendant la campagne ?

Je suis très attaché à la proximité dans l’action publique. C’est donc sur la base de l’excellent bilan de la Majorité Départementale et de son projet renouvelé que je vais à rencontre des habitants du canton, dans les 5 villes qui le composent et que je connais bien pour les vivre depuis toujours.

Trop souvent méconnues, il faut rappeler l’importance des compétences du département, qui agit au quotidien par ses politiques de solidarité tout au long de la vie, par sa force d’appui en direction des communes, par ses investissements dans les collèges, les routes et les projets structurants…

Les actions de porte à porte permettent l’échange direct, la confrontation des points de vue. Viennent aussi les réunions publiques, régulières et interactives. Sans oublier les rencontres du quotidien, plus informelles, ou les échanges avec les milieux économiques, les forces associatives…

Au-delà de ces actions, convaincre, c’est faire la preuve au quotidien de son implication, de sa détermination dans l’action que l’on mène avec probité et enthousiasme. C’est un travail au long cours.

  • Quelle proposition veux-tu mettre en avant ?

Elles sont nombreuses à composer le projet que nous portons pour la Meurthe-et-Moselle, mais je retiendrai la mise en place d’un groupement d’achat « mutuelle » porté par le département pour permettre l’accès de tous à une complémentaire santé à prix réduit.

Il y a aussi la création de 6 résidences accompagnées, qui sont une forme alternatives entre le maintien à domicile et l’établissement, pour que les personnes âgées qui le souhaitent puissent bénéficier du service le plus adapté à leur niveau d’autonomie.

La création de places d’internat tremplin permettra également aux jeunes qui en auront besoin de bénéficier d’une respiration ou de trouver les conditions de leur réussite. C’est une des modalités de leur accompagnement, avec le Plan Collège Nouvelle Génération (270 M€) qui a pour but de rénover les collèges, de les rendre à énergie positive, tout en soutenant la filière du BTP.

Ce ne sont là que quelques exemples, pour démontrer notre ambition de ne laisser personne au bord du chemin.

  • Mon département dans 6 ans ?

Nous aurons relevé bien des défis si le département , creuset des politiques de solidarité tout au long de la vie, demeure le promoteur de l’innovation sociale, de l’accompagnement des plus fragiles, si nous permettons la réussite de tous les jeunes en Meurthe-et-Moselle, si nous continuons à soutenir le pouvoir d’achat des familles, à lutter contre le décrochage (social, culturel, économique) de certains territoires en développant toujours plus les projets structurants et en soutenant les communes, en investissant, en soutenant les initiatives économiques. Voilà l’âme d’un département de Gauche et j’y suis très attaché

Préparez le changement: restez informés!

Commentaires

Soyez le premier à réagir !

Les commentaires sont fermés.