Les Jeunes Socialistes toujours opposés à l’extension du travail du dimanche

Les Jeunes Socialistes regrettent que le gouvernement s’apprête à faire voter l’extension de l’ouverture des commerces le dimanche dans le projet de loi pour la croissance et pour l’activité. Par souci de cohérence, ils rappellent qu’en 2008, les socialistes dénonçaient unanimement la proposition de la droite allant dans ce sens. Ils considèrent donc que les députés socialistes sont libres, au regard des engagements pris en 2012, de considérer que la loi Macron n’est pas conforme à la promesse du changement ni aux engagements pris devant les Français en 2012.

Les Jeunes Socialistes rappellent que la majorité des centrales syndicales et que toutes les branches syndicales du commerce avec lesquelles ils ont manifesté, sont opposées à cette mesure, ce qui va à l’encontre de la volonté gouvernementale affichée de promouvoir le dialogue social.

L’extension du travail dominical n’a aucun intérêt économique et de nombreuses études ont démontré qu’elle ne créerait pas de consommation ou d’emplois supplémentaires. De plus, tant l’extension du nombre de dimanches travaillés que des zones d’ouverture permanente, détruiraient l’emploi de qualité existant dans le petit commerce (mieux payé et plus fréquemment à temps plein), pour le remplacer par de l’emploi précaire dans la grande distribution.

Les touristes viennent d’abord à Paris pour son patrimoine et non pour faire leurs courses le dimanche. Les Jeunes Socialistes rejoignent donc la maire de Paris dans sa mobilisation.

Il est évident que les premiers à pâtir d’une telle mesure seront les plus précaires, qui ne pourront pas refuser de travailler une journée de plus face à la peur du chômage. En outre, l’absence d’obligation légale de compensation dans ce projet de loi risque de précariser davantage les salariés. Le projet de société de la gauche ne peut pas être de pousser les plus modestes dans une précarité accrue pour permettre aux plus aisés de consommer en permanence. Pour les socialistes, la réponse au faible pouvoir d’achat des salariés de la grande distribution devrait venir de salaires plus élevés et de la limitation du temps partiel subi.

Les Jeunes Socialistes demandent à ce que leur génération continue de bénéficier d’un temps dans la semaine où la consommation n’est pas reine et où l’on peut se cultiver, profiter de ses proches, accéder aux loisirs, réviser, bref, s’épanouir dans une société du temps libéré, notamment grâce à la réduction du temps de travail. C’est pour cela qu’ils étaient présents dans les manifestations contre l’extension du travail du dimanche et qu’ils continueront à s’y opposer.

Au-delà de cette problématique du travail du dimanche et de nuit, les Jeunes Socialistes s’inquiètent des éléments de fragilisation du droit du travail contenus dans le projet de loi, qui amènent notamment à faciliter les licenciements collectifs en diminuant la protection des salariés. La logique générale de ce texte, qui menace par ailleurs d’enclencher la privatisation des aéroports et de développer les transports routiers collectifs au détriment du ferroviaire, ne nous semble pas à même de répondre aux défis économiques, sociaux et écologiques que doit relever notre pays.

Préparez le changement: restez informés!

Commentaires

Soyez le premier à réagir !

Les commentaires sont fermés.