La Commission Juncker à côté de la plaque pour le développement durable

Les Jeunes Socialistes expriment leurs plus vives inquiétudes après l’abandon par la Commission européenne de 83 projets de règlements et directives, dont celui sur l’économie circulaire, dont le but était de rendre le recyclage plus systématique, et celui qui renforçait les normes en matière de pollution de l’air.

C’est un très mauvais signal qui ne laisse rien présager de bon quant à la future politique environnementale de la nouvelle Commission européenne. De nouvelles mesures environnementales contraignantes sont cependant de plus en plus urgentes, alors que 400 000 européens meurent prématurément chaque année du fait de la pollution atmosphérique comme le rappelait le Bureau européen de l’environnement dans une lettre ouverte le 17 Novembre dernier.

En justifiant cette décision par un investissement plus important pour l’emploi et la croissance, la Commission européenne prouve en outre qu’elle n’a pas compris l’enjeu économique que représente le développement durable. Investir massivement dans les économies d’énergie et les énergies renouvelables sur 5 ans pourrait créer des millions d’emplois en Europe dans la transition énergétique.

Par cette décision Jean-Claude Juncker a préféré céder aux lobbies plutôt que d’écouter les nombreux ministres européens, dont Ségolène Royal qui avaient exprimé leur désaccord. Les Jeunes Socialistes soutiennent la Ministre de l’Écologie. A un an de la Conférence Climat de Paris, ils demandent à ce que la commission revienne sur cette décision.

Préparez le changement: restez informés!

Commentaires

Soyez le premier à réagir !

Les commentaires sont fermés.