Un mouvement autonome

Contribution votée à l’unanimité lors du Conseil National du 08 et 09 novembre

Depuis 21 ans le Mouvement des Jeunes Socialistes est un mouvement politique autonome. Cette autonomie nous permet de définir nous-mêmes nos orientations, de s’approprier et faire évoluer nos cadres de militantisme et de réflexion, de désigner librement nos représentants nationaux et locaux et d’avoir une liberté de parole et d’action.

Quand de nombreuses politiques publiques sont faites au nom des générations futures mais que des visions conservatrices hypothèquent le présent, nous sommes des lanceurs d’alerte. Alerter sur le fait que l’avenir se prépare maintenant, en prenant à bras le corps la priorité jeunesse érigée en boussole du quinquennat en 2012, respecter la promesse que les jeunes de 2017 mieux que ceux de 2012.

Les jeunes s’investissent dans la vie publique à travers de nouvelles formes d’engagement. L’autonomie nous permet d’aller à leur rencontre en cassant les codes excluant de l’engagement politique. Aux dernières élections européennes, ils étaient plus de 7 jeunes sur 10 à s’abstenir. À l’heure ou le rapport au politique se construit dans la défiance et la suspicion il est de notre devoir d’être vigilant pour que les choix politiques qui engagent l’avenir de notre société ne soient pas dictés par le court terme.

Notre autonomie nous donne les moyens d’entretenir des liens avec le mouvement social et les associations d’éducation populaire. Cet ancrage dans la société en mouvement nous permet d’irriguer le Parti socialiste de nos propositions.

Nous portons des combats avec l’ensemble de la gauche politique. En 1981, en 1997 comme en 2012, l’accession des socialistes au pouvoir a été permise grâce au soutien des autres grandes formations de gauche. Loin d’une vision tactique de l’union de la gauche, nous pensons que les convergences idéologiques et programmatiques sont essentielles à la co-construction d’un projet de société rassembleur, à même de répondre aux défis économiques, sociaux et environnementaux des années futures et porté par l’ensemble du peuple de gauche.

L’autonomie a permis à des milliers de jeunes de participer à l’élaboration et à l’animation des campagnes électorales. Nous nous affirmons comme une forme militante pertinente et impertinente.

L’autonomie n’est pas l’indépendance, ce n’est pas le repli sur soi. C’est la condition d’un mouvement de jeunesse ouvert sur la société, à même de conquérir les têtes et les cœurs pour mieux accompagner le Parti Socialiste dans tous les espaces d’engagement qu’il n’investit pas assez.

Préparez le changement: restez informés!

Commentaires

Soyez le premier à réagir !

Les commentaires sont fermés.