Européennes : combattre le FN en menant et en incarnant une politique de gauche en France et en Europe

Les Jeunes Socialistes accueillent avec gravité les premiers résultats de ces élections européennes après avoir mené avec force et convictions une campagne pour changer d’Europe.

En France, c’est d’abord l’abstention massive qui illustre l’écart entre les citoyens et la représentation politique, particulièrement lorsqu’il s’agit de l’Europe. Si cette abstention relativise en voix le score du Front national, elle ne doit pour autant pas masquer la réalité de sa constante progression.

Avec un quart des suffrages, et près de 5 millions d’électeurs, le Front national est aujourd’hui largement en tête. Si l’extrême droite incarne l’expression de la colère, elle bénéficie aussi aujourd’hui d’un véritable vote d’adhésion dont le caractère massif et la progression continue en voix et en scores depuis les élections cantonales de 2011 ne peut que nous interpeller.

Ce résultat vient de dix années de droite qui ont fait s’effondrer la digue entre la droite républicaine et l’extrême-droite. L’UMP subit elle aussi la progression du FN puisqu’elle perd des élus. En voulant enfermer les Français dans une identité figée et xénophobe, la droite a légitimé le discours du FN. Le résultat est là, il nous appartient désormais d’incarner une autre vision de la France et de la République, dans nos actes et nos discours.

Encore une fois, les Jeunes Socialistes appellent le gouvernement à mener une politique qui réponde aux attentes exprimées par les Français le 6 Mai 2012, une politique où les objectifs de justice et de transformation sociale et écologique prennent le pas sur la réduction des déficits et de la dette. C’est pourquoi ils continuent d’affirmer qu’il faut mener une politique de gauche ambitieuse en dégelant le point d’indice des fonctionnaires, augmentant le SMIC, poursuivant l’augmentation des bourses, doublant le nombre d’emplois d’avenir et en engageant une réforme fiscale qui taxe davantage la rente et permet la transition énergétique.

Nous aurons aussi à réussir un profond renouvellement dans notre famille politique. Pour incarner une gauche qui retrouve la confiance des citoyens, notamment des jeunes qui s’abstiennent massivement et construisent leur rapport au politique dans l’abstention, nous devrons dans toutes les élections à venir renouveler nos candidat-e-s dans leurs parcours, leurs âges et leurs origines pour parler à tous, et convaincre.

Face à un Front national structurellement fort, c’est en s’unissant que la gauche pourra faire reculer l’extrême droite et retrouvera la confiance de ses électeurs. Quand la gauche est désunie les socialistes s’affaiblissent et c’est tout le camp progressiste qui est perdant comme nous le prouvent les résultats de ce soir.

Enfin, la meilleure réponse à la désespérance, à la défiance des électeurs de gauche et au sentiment que l’UMP et le PS mènent des politiques similaires réside dans la capacité des socialistes et sociaux-démocrates à prouver qu’il existe une autre politique possible en Europe en prenant la tête de la Commission Européenne.

Les premiers résultats à travers l’Europe montrent que la victoire de Martin Schulz à la présidence de la Commission Européenne est possible. Si tel est le cas, les Jeunes Socialistes le soutiendront avec exigence pour mettre fin à l’austérité, faire le SMIC européen, l’égalité entre les femmes et les hommes, créer des emplois durables et non-délocalisables et refuser le traité transatlantique.

Les Jeunes Socialistes seront demain, comme hier, mobilisés pour porter ces combats, plus que jamais utiles à la gauche et à la République.

Préparez le changement: restez informés!

Commentaires

Soyez le premier à réagir !

Réagissez !

Vous devez être connecté(e) pour rédiger un commentaire.