Démantèlement de campements à Calais : respecter les droits humains

Ce matin a débuté peu avant 8 heures l’évacuation de trois camps de migrants à Calais suite à une décision du Préfet du Pas-de-Calais. Ce ne sont plus de 650 personnes, essentiellement des réfugiés Syriens et Afghans, vivant dans des conditions sanitaires catastrophiques, qui sont en cours d’évacuation par les forces de l’ordre. Le but affiché est l’éradication d’une épidémie de gale dont le traitement a débuté la veille. Leur maladie, motif des démantèlements, avait été signalée à l’ARS (Agence Régionale de la Santé) il y a deux mois déjà par les associations locales.

Le démantèlement des camps par les forces de police a été fait sans le respect du volet prévention figurant dans la circulaire du 26 août 2012 relative à l’anticipation et à l’accompagnement des opérations d’évacuations des campements illicites. L’obligation de relogement prévue dans cette circulaire ne parait pas non plus être entièrement remplie, mettant gravement en danger des populations déjà précaires même si la situation actuelle est loin d’être acceptable. Par ailleurs, ces mesures ne règlent en rien le problème sanitaire auquel ces populations sont aujourd’hui exposées. Calais reste une ville de transit vers le Royaume-Uni et la France doit assurer une prise en charge digne des personnes humaines en situation de migration.

Les Jeunes Socialistes émettent de grandes réserves aux procédés qui combinent processus thérapeutique et opération policière. Il est urgent que la France, pays des Droits de l’Homme, se dote d’une politique d’accueil des demandeurs d’asile exemplaire et conforme à nos valeurs et se donne également les moyens nécessaires de soigner et de protéger les migrants, conformément à ses engagements internationaux. Nous serons attentifs à ce que des évolutions notables figurent dans la réforme à venir de l’asile.

Préparez le changement: restez informés!

Commentaires

Soyez le premier à réagir !

Réagissez !

Vous devez être connecté(e) pour rédiger un commentaire.