Déclaration des Jeunes Socialistes européens – Toujours à la recherche d’une Europe de gauche

Les Jeunes Socialistes Européens (YES) accueillent les résultats des élections européennes avec des sentiments partagés.

Nous remercions tous-tes nos militant-e-s et candidat-e-s qui se sont battu-e-s partout en Europe dans cette belle campagne pour changer l’Union Européenne. Les membres du PSE (Parti Socialiste Européen), les organisations membres de YES, et tous-tes celles/ceux qui ont fait campagne pour Martin Schulz et une majorité progressiste, ont mené un superbe combat, dont nous pouvons tous-tes être fier-e-s. Nous félicitions celles/ceux qui ont été élu-e-s, particulièrement tous-tes les nouveaux-lles eurodéputé-e-s socialistes et sociaux-démocrates, qui ont une énorme tâche devant elles/eux pour lutter en faveur des projets qui sont les nôtres tels qu’adoptés dans le manifesto du PSE.

Nous sommes tout particulièrement fier-e-s des Jeunes Socialistes nouvellement élu-e-s eurodéputé-e-s

Néanmoins, le résultat général de ces élections et l’élection au Parlement Européen de partis d’extrême-droite dans un grand nombre de pays membres de l’UE restent une réelle déception et même un choc terrible pour nous. Nous devons reconnaître que pour de nombreux-ses électeurs-rices la social-démocratie européenne et la gauche européenne plus généralement ne sont pas parvenues à incarner une claire alternative aux politiques actuelles d’austérité. Malgré une campagne véritablement européenne, et malgré le fait que ces élections montrent un réel effondrement de la majorité conservatrice en Europe, le nombre total de nos eurodéputé-es n’a pas augmenté et nous ne sommes pas parvenus à devenir le premier groupe au Parlement. La culture du compromis promue par nos partis n’a pas convaincu nos électeurs.

Si nous voulons augmenter nos résultats aux prochaines élections et mettre fin à la montée catastrophique de l’extrême-droite, il est urgent pour le PSE ainsi que pour nos partis à l’échelle nationale de construire des majorités tournant le dos à une « grande coalition » avec la droite, mais également de se renouveler et se réformer. Nous devons rester ouverts à de nouvelles idées, de nouveaux partis, de nouveaux-lles militant-e-s, la société civile plus globalement et unir toute les eurodéputé-e-s de gauche et progressistes autour d’un projet commun en faveur d’une Europe écologique, sociale et démocratique. Ce n’est qu’en montrant clairement que nous cherchons à établir des majorités alternatives au Parlement, plutôt que de continuer à suivre la domination des conservateurs, que nous pourrons convaincre les citoyen-ne-s de notre réelle volonté de changer les choses.

YES continue à se battre pour les priorités qui, selon nous, doivent être au cœur de l’agenda du mouvement socialiste européen pour les 5 ans à venir, exprimées dans notre manifesto. Nous continuons à croire que quelle que soit la future Commission, celle-ci devra se concentrer sur le combat contre le chômage des jeunes et leur discrimination, pour la justice fiscale, une croissance soutenable, une politique d’asile humaine ou encore l’égalité Femmes-Hommes. Quelle que soit la majorité, il est urgent de changer les choses aujourd’hui, il n’est plus temps d’attendre.

Enfin, sur la base des résultats de cette élection, il est évident que les politiques d’austérité de la droite européenne n’ont pas fonctionné, et que pire, elles ont affaibli le projet européen. L’Europe est toujours au milieu d’une crise profonde. Nous continuerons à nous battre pour changer les choses, avec les eurodéputé-e-s de gauche et progressistes, le PSE et le groupe S&D au Parlement.

Préparez le changement: restez informés!

Commentaires

Soyez le premier à réagir !

Réagissez !

Vous devez être connecté(e) pour rédiger un commentaire.