Compte-Rendu du Bureau des Jeunes Socialistes Européens à Thessalonique

Les 7, 8 et 9 Mars 2014 s’est réuni le dernier Bureau des Jeunes Socialistes Européens (YES) avant les élections européennes, à Thessalonique, en Grèce.

Une semaine après l’adoption du Manifesto du Parti Socialiste Européen et de l’élection du candidat commun à la présidence de la Commission Européenne, Martin Schulz, et alors que la nécessité d’une réorientation de l’Europe est de plus en plus criante en Grèce, la campagne des européennes était au cœur des discussions.

L’influence des jeunes socialistes européens sur le Manifesto du PSE a été sensible et le Bureau a été l’occasion d’en faire le bilan: en matière de SMIC Européen ; de mise au pas de la finance ; de l’impératif de normes sociales et environnementales dans tous les traités commerciaux négociés par l’UE ; sur le droit d’asile ; ou encore la lutte contre la transphobie, pour citer quelques exemples. Si tous les amendements de YES n’ont pas été adoptés, notre radicalité a forcé le débat et permis des avancées pour obtenir un manifesto qui engage et propose une alternative à l’Europe actuelle.

Le calendrier de la campagne a aussi été rappelé, et notamment l’organisation de journées d’action commune dans toute l’UE une fois par mois sur la base du programme des Jeunes Socialistes Européens: le 22 Mars à Budapest, sur la défense des services publics et une véritable démocratie européenne, le 16 Avril à Berlin, sur une politique de relance en Europe, la mise au pas de la finance et la lutte contre les paradis fiscaux, et le 17 mai à priori à Bruxelles, sur le plein emploi et pour un salaire minimum européen. Ces évènements qui auront lieu dans une ville précise pour gagner en visibilité, seront accompagnés dans le reste de l’UE par des actions sur le terrain sur ces mêmes thèmes. Un grand meeting européen pour faire de la jeunesse une priorité est également prévu.

Le 8 Mars, journée internationale des droits des femmes, a été l’occasion d’une première journée d’action européenne pour rappeler les avancées en matière d’égalité femmes-hommes, et surtout mobiliser pour les combats qu’ils restent à mener, quand par exemple en Espagne le droit à l’avortement est mis en péril et qu’il reste interdit dans plusieurs Etats d’Europe. Une flashmob a été organisée par YES devant la mairie de Thessalonique pour symboliser les femmes qui meurent encore aujourd’hui du fait de l’interdiction de l’avortement, et une prise de position commune de tous les mouvements jeunes socialistes européens adoptée pour interpeller les politiques en Europe.

Des campagnes communes (tracts, formation) seront mises en place pour soutenir les mouvements jeunes socialistes à l’échelle nationale et mettre en avant les combats communs que nous menons: en priorité pour l’emploi des jeunes, contre l’extrême-droite et plus généralement sur le bilan des conservateurs au pouvoir en Europe.
La campagne des européennes se basera également sur deux piliers : une campagne de porte à porte (« Knock the Door »), comme lors de la campagne présidentielle de 2012 pour attirer les abstentionnistes et mobiliser un électorat désireux de changer l’Europe ; et une campagne sur les réseaux sociaux pour toucher particulièrement les jeunes (vidéos, site interactif, mise en avant des Jeunes Candidats aux Européennes).

Le Bureau de YES a aussi été l’occasion de faire avancer l’organisation sur plusieurs points. Des avancées sur le fond : par l’adoption de résolutions, notamment contre l’exploitation et l’exploration du gaz de schiste (voir ci-dessous) et pour appeler à une alternative démocratique, sociale et écologique à l’actuelle Traité Transatlantique, négocié entre les USA et l’UE (voir ci-dessous) ; par le lancement d’un texte d’orientation des jeunes socialistes européens sur l’écosocialisme, qui devra être adopté au prochain congrès et pourra servir de base pour des campagnes européennes futures.

Des améliorations dans le fonctionnement aussi: 2 groupes de travail ont rendu des premières pistes pour réformer YES pour le premier, sur la réorganisation des camps d’été de YES, pour l’autre, pour les rendre à la fois plus accessibles (coût, localisation) et plus adaptés aux attentes des participants, en renforçant l’aspect convivial et leur dimension politique (qualité des intervenants, nombre d’ateliers,…).

Les Jeunes Socialistes Européens se lancent donc dans la bataille des européennes, autour d’un programme et d’une stratégie collective, tout en poursuivant leur propre évolution pour faire émerger un véritable militantisme européen.

Préparez le changement: restez informés!

Commentaires

Soyez le premier à réagir !

Réagissez !

Vous devez être connecté pour rédiger un commentaire.