Une loi d’avenir pour un nouveau modèle agricole qui nourrit les hommes et préserve les terres

En ce début d’année 2014, le débat parlementaire s’ouvre sur l’examen du projet de loi d’avenir pour l’Agriculture, l’alimentation et la forêt. Présenté en novembre dernier au conseil des ministres par le ministre de l’agriculture, Stéphane Le Foll, il n’a depuis subi que peu de modifications lors de son passage en commissions. Les Jeunes Socialistes se réjouissent de la portée de ce texte qui soutien l’émergence d’un nouveau modèle agricole pour la France. Un modèle agro-écologique en rupture avec une agriculture productiviste, spéculative et destructrice pour l’environnement et le monde paysan.

Donner un nouveau souffle à une agriculture paysanne, qui rapproche le producteur du consommateur, qui respecte les paysages, les sols et l’eau et protège la santé de chacun, est depuis longtemps le modèle défendu par les Jeunes Socialistes. Un modèle par ailleurs fortement créateur d’emplois puisqu’il doit à la fois nourrir chaque femme et chaque homme de la planète tout en préservant la terre.

Le projet de loi suit ces mêmes objectifs par l’aide au développement des filières qui peinent à survivre à la concurrence extérieure, qui subissent les règles de la grande distribution fixant les prix auxquels sont obligés de se soumettre de moins en moins de producteurs.

La surface ne devient plus le critère pour pouvoir s’installer grâce à la création de l’activité minimale d’assujettissement et des mesures d’aide pour l’installation progressive et la transmission sont mises en place. Des mesures défendues depuis 2 ans par les Jeunes Socialistes.

Toujours pour favoriser le développement des petites et moyennes exploitations de polycultures face aux monocultures intensives, le projet de loi vise à limiter les agrandissements excessifs d’exploitations dans la délivrance des autorisations.

Il engage la lutte contre l’artificialisation des terres en renforçant les pouvoirs des commissions départementales de la préservation des espaces naturels, agricoles et forestiers.

Il apporte un soutien ambitieux à ceux qui souhaitent s’engager dans une agriculture écologique et paysanne par la création du groupement d’intérêt économique et environnemental. Il s’agira de faciliter leur regroupement et de les soutenir par une majoration des aides publiques.

Enfin, alors que l’alimentation malsaine qui porte atteinte à la santé touche en priorité les plus précaires d’entre nous, le projet de loi intègre de nombreuses mesures visant à suivre et limiter l’usage des produits phytosanitaires, à lutter contre les antibiorésistances et permettre l’accès de tous aux résultats des contrôles sanitaires.

Cette énumération non exhaustive prouve cependant l’engagement du gouvernement dans la transition vers un modèle agricole soutenable, par là même fortement créateur d’emplois.

Le projet de loi adapte d’ailleurs le contrat de génération afin faciliter l’installation de nouveaux jeunes. L’accès aux écoles d’agronomie sera aussi facilité pour les bacheliers professionnels afin de développer cette activité.

Les Jeunes Socialistes soutiennent pleinement le gouvernement qui mène ici avec audace le changement pour produire mieux et consommer autrement. Aussi nous invitons les parlementaires à l’enrichir de nouvelles propositions tel qu’ils l’ont fait en renforçant la protection des appellations d’origine et indications protégées, par la création d’un droit d’opposition au dépôt d’une marque pouvant les léser. Une proposition émise par les Jeunes Socialistes dans leur dossier Financer, produire, consommer (mars 2013). Aussi nous soutenons les députés à porter plus loin le développement des circuits-courts (par exemple en taxant le kérosène aujourd’hui exonéré), à envisager des critères géographiques dans les appels d’offres publics pour favoriser l’agriculture paysanne et de proximité ou encore à proposer une offre de formation à l’agriculture paysanne dans chaque lycée agricole.

Préparez le changement: restez informés!

Commentaires

Soyez le premier à réagir !

Réagissez !

Vous devez être connecté(e) pour rédiger un commentaire.