PISA : l’urgence de refonder l’école dans une France championne des inégalités

Alors que le rapport PISA (Programme International pour le Suivi des Acquis des élèves) vient d’être publié par l’OCDE, nous devons toujours nous interroger sur l’utilité de tels classements pour évaluer les politiques publiques. Cependant, les résultats de la France montrent qu’elle est un des pays où les inégalités scolaires sont les plus fortes. Elle fait partie des 5 pays où la réussite varie de manière importante en fonction de l’origine socio-économique de l’élève et que les résultats sont conformes à ce que le milieu socio-économique suggère. Les 10% d’élèves les plus en difficulté ont vu leurs résultats baisser de 23 points entre 2003 et 2012, et les élèves qui sont issus de l’immigration ont 2 fois plus de risque que les autres élèves de se retrouver en difficulté scolaire. Ces résultats désastreux interpellent et montrent une nouvelle fois la nécessité de réformer en profondeur notre système éducatif, après un échec flagrant de 10 années de droite au pouvoir.

Sans ces réformes que la droite a été dans l’incapacité de mener pour des raisons idéologiques, nous ne ferons jamais de l’école de la République un véritable outil de lutte contre la reproduction sociale que l’on peut observer aujourd’hui. L’école à chacun de s’émanciper, et c’est à nous qu’il revient de mener cette bataille après une décennie d’échecs.

Dix années d’errance dans l’Éducation nationale

Depuis 2002, l’Éducation nationale a été l’une des grandes perdantes de la politique mise en œuvre par les gouvernements de Jacques Chirac et surtout de Nicolas Sarkozy. Au cours des cinq dernières années, ce sont 80 000 postes d’enseignants qui ont été supprimés, la formation des enseignants a été dévalorisée et la carte scolaire a été abandonnée. Cette dernière mesure aggrave particulièrement les inégalités sociales dans les établissements et a créé des zones entières où se concentrent les difficultés scolaires, corrélées aux problèmes sociaux.

Les politiques qui seraient menées si la droite était encore au pouvoir apparaissent pire encore tant le projet éducatif de l’UMP semble déconnecté de toute réalité. Aujourd’hui, la droite souhaite donner à chaque établissement scolaire une autonomie d’organisation et financière, laissant les chefs d’établissement recruter les professeurs directement, augmentant donc considérablement le risque de voir apparaître de véritables ghettos éducatifs.

Refonder l’école pour préparer l’avenir

La loi de Vincent Peillon pour la refondation de l’école votée cette année vient entamer le chantier du renouveau de l’Éducation nationale. La création en cinq ans de 60 000 nouveaux postes (enseignants et encadrants) va permettre de freiner l’augmentation du nombre d’élèves par classe qui met à mal la possibilité d’un suivi individualisé des élèves par leurs professeurs. Ceux-ci disposent de nouveau d’une formation pédagogique de qualité au sein des nouvelles écoles supérieures du professorat et de l’éducation (ESPE).

Enfin, le retour à l’école primaire de la semaine de quatre jours et demi, revenant sur la décision prise par Nicolas Sarkozy de faire passer la semaine à quatre jours au mépris du bien-être des élèves, doit permettre une meilleure répartition des temps d’apprentissage dans la semaine. La question de l’étalement des périodes de cours dans l’année devra inévitablement se poser également.

Nous devrons resserrer les barreaux de l’échelle sociale pour aller vers une société de l’égalité, et ainsi l’école jouera pleinement son rôle de mobilité sociale. Cela nécessitera de mettre fin à l’école à plusieurs vitesses qui relègue les enfants dont les parents ont des difficultés sociales, notamment ceux issus de l’immigration. Les Jeunes Socialistes veulent la mixité sociale dans tous les établissements scolaires avec un indice de mixité et une révolution pédagogique qui diversifie les méthodes d’enseignement et supprime la notation pour aller vers de de nouvelles évaluations accompagnant la progression de chaque élève.

Face au bilan et aux projets de la droite, détruisant les services publics et en particulier l’Éducation nationale, la gauche agit pour le bien de tous les élèves et pour la réussite éducative.

Préparez le changement: restez informés!

Commentaires

Soyez le premier à réagir !

Réagissez !

Vous devez être connecté(e) pour rédiger un commentaire.