Municipales à Nancy : prend les clefs !

Les 23 et 30 mars 2014, ce sera les élections municipales. Ces deux jours-là, je vais prendre ma petite carte d’électeur, sortir sous un soleil que j’espère -croisons les doigts- déjà bien printanier, pour aller mettre mon bulletin dans l’urne.

Mais une fois descendu dans la rue, je sais déjà ce que je vais voir : rien.

Je serais là, tout content d’aller voter, mais les rues de ma cité ducale chérie me paraîtront complètement vides, aussi désertes qu’un week-end de Pâques. Je me lève tard, et je vote en général en fin de matinée, à l’heure où les seniors ont déjà presque tous fait leur devoir civique, et avant celle où les familles emmènent leurs enfants voir la démocratie en marche, pendant leur promenade du dimanche. J’arriverai alors seul, dans un hall d’école primaire dont la vacuité déprimante me sera confirmée par l’écho retentissant de la voix d’un homme me disant “a voté !”. Et je rentrerai chez moi dans la solitude du trottoir, fier d’avoir fait entendre ma voix, mais amer de n’avoir eu personne avec qui partager le moment.

Et le pire c’est que, quand je m’interroge sur la raison de ce dépeuplement de la ville en période électorale, je m’aperçois vite qu’elle est bien simple : quand il s’agit de voter, je suis un des rares jeunes de la ville à le faire là ou je vis.

C’est un fait un peu aberrant, mais pourtant tellement réel. Cette ville, qui doit tellement de sa tonicité aux jeunes qui la peuplent ponctuellement, n’a jamais pensé à leur rappeler qu’en prenant un appartement ici pour plusieurs années d’études, ils gagneraient s’inscrire sur les listes électorales dans leur mairie la plus proche. Après tout, ça fait économiser l’essence qu’on brûlerait rentrer chez les parents deux week-ends de suite, et ça évite les joies des discussions politiques en famille.

Mais plus sérieusement, c’est un problème plus important qui se pose. Parce que quand on réside dans une ville, qu’on y paye des impôts locaux, qu’on en utilise les services de transport, et que toute notre qualité de vie est tributaire de sa vitalité, il devient primordial d’y faire entendre sa voix. Je ne connais pas de jeunes qui, si on le leur demandait, accepteraient de verser plusieurs centaines d’euros par an dans une caisse, sans se préoccuper une seconde de ce qui va en être fait. Mais c’est pourtant ce qui se passe. Et on passe tout notre temps ici, on dépense nos bourses et/ou salaires dans les commerces et les bistrots locaux, on a du mal à digérer la facture de la taxe d’habitation, on se plaint que les bus et trams ne sont pas organisés comme on le voudrait, mais on ne fait absolument rien pour que ça change.

Tu ne trouves pas que ça pose problème ? Nous, si. Et c’est pour ça qu’en ce moment, les Jeunes Socialistes de Meurthe-et-Moselle battent le pavé avec ces trois mots à la bouche :

PREND LES CLEFS !

Les clefs, c’est les clefs de la ville. C’est les clefs de TA ville, même si ce n’est que pour un temps. Parce que n’ont de voix que ceux qui votent, nos militants viennent en ce moment devant ta fac, devant ton Resto U, dans ta Cité U, pour te convaincre que la démocratie commence au niveau local, et que ton opinion vaut au moins autant que celle de ceux qui vivent ici depuis des années, ou que celle de ceux qui y finiront leur vie. Et le seul moyen de la faire entendre, c’est en pouvant voter pour une liste qui correspond à tes idées.

Et c’est même pas compliqué, en plus : si tu es majeur et équipé d’une pièce d’identité (française ou d’un autre pays de l’Union Européenne, si si), il te suffit de te munir d’un justificatif de domicile et de te rendre à l’Hôtel de Ville ou dans ta Mairie de Quartier la plus proche. Les agents te guideront pour le reste. Et comme il commence à faire méchamment froid en ce moment, tu peux même faire ça en ligne, si t’es pas chaud pour sortir. Par contre, il faut le faire avant le 31 décembre ! Le temps presse, mais heureusement, ça ne prend que 2 minutes.

Penses-y, c’est important. Ta ville compte sur toi.

Préparez le changement: restez informés!

Commentaires

Soyez le premier à réagir !

Réagissez !

Vous devez être connecté(e) pour rédiger un commentaire.