Priorité Jeunesse : la gauche va encadrer les stages

Les Jeunes Socialistes se félicitent de la prochaine proposition de loi de la députée Chaynesse Khirouni qui va mettre fin aux pratiques abusives concernant les stages. Les Jeunes Socialistes se sont régulièrement engagés aux côtés de Génération Précaire pour combattre les entreprises et administrations publiques qui ont utilisé les jeunes comme variable d’ajustement au travers de stages sous-payés, sans aucun encadrement existant. Nous avions proposé une charte de bonne conduite auprès des collectivités.

Un encadrement devient de plus en plus nécessaire alors que le nombre des stagiaires est passé de 600 000 à 1,6 million entre 2006 et 2012, notamment parce que les jeunes diplômés ont été contraints d’accepter des stages à cause de la crise économique.

La réforme sur laquelle travaillent les ministères du Travail et de l’Enseignement Supérieur constitue inéluctablement une avancée, avec pour objectif de préciser le cadre juridique du statut des stagiaires en élargissant leurs droits et en luttant contre les abus des employeurs.

Ainsi un quota de 10% des effectifs par entreprise sera fixé pour éviter que certains secteurs ne fonctionnent qu’avec des stagiaires. Le rôle du maître de stage et de l’université sera défini. La durée des stages sera effectivement limitée à 6 mois avec la publication de décrets d’application de la loi Cherpion de 2011. Les stagiaires, dont les conventions ne sont aujourd’hui pas soumises au Code du travail, bénéficieront d’une protection légale pour réglementer les horaires de travail (nuit, week-end, jours fériés…). Les stagiaires seront inscrits dans les registres du personnel pour les comptabiliser et que les délégués du personnel y aient accès.

Toutes ces propositions, nous les avions portées dès 2009, et nous militerons pour améliorer la proposition de loi avec une rémunération dès le premier jour de stage indexée sur le nombre d’années d’études, la limitation du nombre de stagiaires par maître de stage, la rémunération au minimum de 50% du SMIC, l’obtention obligatoire d’ECTS et la validation d’un trimestre de retraite pour un trimestre en entreprise suite à une première prise en compte des stages dans la validation des droits à la retraite dans la récente réforme du gouvernement.

Si aujourd’hui les stages représentent un système concurrentiel entre les jeunes pour l’accès au monde du travail et une précarisation de la jeunesse par plusieurs entreprises, les Jeunes Socialistes défendent les stages cantonnés à leur rôle de complément pédagogique dans la validation des cursus de l’enseignement supérieur et soutiendront Geneviève Fioraso, Marisol Touraine et Michel Sapin en ce sens.

Préparez le changement: restez informés!

Commentaires

Soyez le premier à réagir !

Réagissez !

Vous devez être connecté(e) pour rédiger un commentaire.