Interview de Thierry Marchal-Beck dans l’Opinion sur la mobilisation lycéenne suite à l’expulsion de Leonarda et de Khatchik

Retrouvez l’interview de Thierry Marchal-Beck par Dominique de Montvalon pour L’Opinion sur la mobilisation lycéenne suite à l’expulsion de Leonarda et de Khatchik :

Le Mouvement des Jeunes socialistes (MJS) que vous présidez appelle-t-il, lui aussi, à manifester pour le retour en France de Léonarda et du jeune arménien Khatchik?

Thierry Marchal-Beck. – Les organisations lycéennes et étudiantes appellent à manifester. Notre rôle à nous, c’est de relayer la parole du mouvement social des jeunes auprès du gouvernement. Ce n’est pas d’être dans la rue en tant que tels. D’autant que bon nombre de nos militants sont adhérents des organisations lycéennes et étudiantes et vont répondre à leurs appel. Au MJS, on a d’autant moins de raison d’être dans la rue quand on observe les tentatives de récupération du mouvement, et les attaques ad hominem du Parti de gauche.

Vous faites allusion aux déclarations de Jean-Luc Mélenchon (mais Olivier Besancenot lui a a emboîté le pas) qui exige la démission de Manuel Valls ?

Il n’est pas normal que de vieux responsables de gauche s’accaparent la mobilisation exemplaire de la jeunesse. Moi quand j’étais lycéen, j’étais déjà scandalisé quand des responsables de 40,50, 60 ans débarquaient dans nos manifs pour tenter d’en prendre le contrôle!

Vous condamnez donc ceux qui réclament la démission de Manuel Valls ?

J’ai confiance en Jean-Marc Ayrault qui a demandé à Manuel Valls une enquête administrative dont nous attendons les résultats. Aujourd’hui, il faut ouvrir un débat serein sur la régularisation des enfants scolarisés, qui ne peut en aucun cas avoir lieu en demandant des têtes. N’oublions pas, en plus, que la politique de Manuel Valls, c’est une hausse d’un tiers des naturalisations.

Sur le fond, approuvez-vous les mots d’ordre des organisations lycéennes et étudiantes ?

Je comprends et salue la mobilisation des organisations lycéennes et étudiantes autour des valeurs -de solidarité, de fraternité, de respect des droits de l’homme- qui sont communes à l’ensemble de la gauche. Un gouvernement de gauche doit toujours être attentif aux mobilisations sociales. Et plus encore quand il a fait de l’avenir de jeunesse sa priorité.

Souhaitez-vous, vous aussi, le retour en France de l’italo-kosovare Leonarda et de Khatchik (expulsé, lui, en Arménie) ?

Je ne connais pas tous les détails de ces dossiers. Cela étant, la place de Leonarda, de sa mère et de ses soeurs est en France, et celle des jeunes sur les bancs de l’école de la République. Au delà, le MJS est favorable à l’abandon de la politique du chiffre en termes de reconduites à la frontière et à la régularisation des travailleurs sans papiers comme des familles aux enfants scolarisés.

Vincent Peillon, le ministre de l’Education nationale, demande aux lycéens et aux étudiants de retourner travailler…

C’est normal, compte tenu de ses responsabilités. il avait été cependant le premier à dire, à juste titre, que l’école est un espace sacré. En tout état de cause, c’est aux jeunes de déterminer les modalités de leur action.

Préparez le changement: restez informés!

Commentaires

Soyez le premier à réagir !

Réagissez !

Vous devez être connecté pour rédiger un commentaire.