Droit du sol : l’UMP nuit à la République

La semaine dernière, l’UMP a trouvé l’unanimité sur une réduction drastique du droit du sol.

Au delà d’une annonce populiste, au delà d’un coup médiatique maladroit et au delà de raccourcis malhonnêtes, François Fillon et Jean-François Copé font la preuve d’une orientation claire, hautement idéologique, particulièrement dangereuse.

Car, qu’est que le droit du sol qu’il voudrait supprimer pour les enfants d’étrangers entrés irrégulièrement sur le territoire ? C’est le fait de permettre à des enfants nés en France et y ayant vécu a minima 5 années entre 8 et 18 ans, c’est à dire 5 années fondatrices dans la construction personnelle, intellectuelle et citoyenne de chacun, de devenir français à ses 18 ans. C’est considérer que les enfants formés par les institutions de notre République ont vocation s’ils le souhaitent à devenir membre de notre nation et à y prendre toute leur part.

Vouloir y porter atteinte, c’est s’attaquer à la construction historique française fondée sur le civisme et les valeurs plutôt que sur le droit du sang et l’origine ethnique.

C’est oublier que ce droit comme d’autre s’est propagée dans le monde au Canada, aux Etats-Unis, au Royaume-Uni, au Portugal, en Amérique Latine, a contribué à donner à la France le statut d’une grande nation humaniste et est aujourd’hui dans bon nombre de pays un véritable gage de cohésion nationale.

C’est oublier que l’Allemagne, qui a longtemps refusé le droit du sol, a été conduite à l’amorcer en 2000, sous la pression d’un nationalisme ethnique radical.

Les Jeunes Socialistes refusent catégoriquement cette ouverture vers la xénophobie et continuent à porter la voix d’une France européenne et internationaliste, à la hauteur de son Histoire, qui fait de l’égalité et des droits citoyens ouverts au plus grand nombre une condition de la République.

Préparez le changement: restez informés!

Commentaires

Soyez le premier à réagir !

Réagissez !

Vous devez être connecté pour rédiger un commentaire.