Transition énergétique : de la volonté aux actes

La concertation s’achève, mais ce n’est qu’une étape dans le travail du gouvernement pour la transition énergétique de la France. François Hollande ouvrait ce matin la Conférence environnementale qui devrait s’achever demain avec le discours du Premier Ministre.

Le Président de la République a martelé ses deux priorités pour engager la transition énergétique, tant pour réduire notre consommation globale d’énergie que pour en diversifier la provenance. Il entend ainsi réduire les émissions de gaz à effet de serre de la France et notre déficit commercial. La meilleure énergie est en effet celle que l’on ne consomme pas.

Les Jeunes Socialistes saluent l’introduction d’une contribution climat permettant de renchérir les énergies fortement émettrices en Gaz à Effet de Serre sans pour autant pénaliser les ménages. Ces mesures seront semble-t-il également compensées par des aides fiscales aux entreprises s’engageant à modifier leur consommation énergétique.

Une fiscalité écologique juste étant en effet redistributive, ces mesures permettant d’orienter la consommation énergétique de la France s’accompagnent de l’annonce hier de mesures fortes en matière d’aide à la rénovation énergétique des bâtiments, en particulier adressée aux ménages les plus précaires. La TVA réduite à 5% sur le bâtiment, le Fonds National de rénovation thermique à destination des ménages, ainsi que le Service public de la rénovation énergétique annoncés hier par le Premier Ministre et Cécile Duflot constituent deux avancées majeures pour lutter contre la précarité énergétique des près de 8 millions de Français et financer près de 80% de la facture des travaux de certains.

Si les Jeunes Socialistes saluent un discours fort en matière de transition énergétique, ils seront attentifs aux détails des mesures annoncées. La diversification de nos sources d’approvisionnement énergétique étant en effet une priorité pour réduire nos émissions de gaz à effet de serre, engageons dès aujourd’hui un plan de soutien massif aux énergies renouvelables pour éviter le report de la consommation sur le tout électrique provenant de nos centrales nucléaires. Cela sera notamment permis par le fléchage des emplois d’avenir sur la transition énergétique.

Gardons en effet l’objectif rappelé par le Président de la République de réduire notre consommation d‘énergie fossiles de 30% d’ici 2030, et de 50% d’ici 2050 de notre consommation d’énergie finale. Pour ce faire, soyons attentifs à ce que la fiscalité écologique ne se transforme pas en cadeaux fiscaux accordées aux entreprises sans contrepartie ni écologique, ni en création d’emplois. Celle-ci ne saurait servir à abonder le CICE mais à soutenir ménages et entreprises dans la réduction globale de leur consommation énergétique.

Préparez le changement: restez informés!

Commentaires

Soyez le premier à réagir !

Réagissez !

Vous devez être connecté pour rédiger un commentaire.