Thierry Marchal-Beck sur France Culture le 10 Septembre 2013 à propos de la réforme des retraites

C’est une réforme ambivalente avec des mesures positives, sur la prise en compte de la pénibilité, sur la prise en compte du fait que les femmes ont des pensions plus faibles, sur la prise en compte pour les jeunes des emplois précaires. Et en même temps il y a un bémol : le fait qu’il n’y ait pas de prise en compte des années d’études, et une inquiétude liée à l’augmentation de la durée de cotisation. A 30 ans ma génération a cotisé 8 semestres de moins que les salariés d’il y a 30 ou 40 ans, et on nous demande de faire des études plus longues. Notre insertion dans l’emploi est plus difficile, on subit un chômage massif et on va nous demander de cotiser 43 ans, ce qu’on arrivera pas à faire, d’où une baisse des pensions.

L’une des conséquences de la réforme des retraites de 2010 a été que 250 000 seniors sont restés dans l’emploi de 60 à 62 ans et que 250 000 jeunes de 18 à 24 ans ont par conséquent été au chômage ces trois dernières années. Nous on veut que les seniors puissent partir à la retraite pour que nous on puisse travailler. La meilleure façon de pérenniser notre système de retraites, c’est lutter contre le chômage, et notamment contre le chômage des jeunes.

Nous sommes l’organisation de jeunesse de la famille socialiste. Je ne vais pas aller manifester contre le gouvernement, ça ne m’empêche de dire aux ministres qui me reçoivent qu’il faut évoluer sur la question de la prise en compte des années d’études.

Préparez le changement: restez informés!

Commentaires

Soyez le premier à réagir !

Réagissez !

Vous devez être connecté pour rédiger un commentaire.